Qui sont les rois mages ?

Publié le 06 Jan 2023
rois mages

Gaspard, Melchior et Balthazar. Que sait-on de ces rois mages venus jusqu’à l’Enfant-Jésus en suivant une étoile, afin de lui offrir l’or, l’encens et la myrrhe, quelques jours après sa naissance ?

 

Ce que disent les textes

Seul saint Matthieu évoque la visite des mages dans son évangile (Mt, 2, 1-12). Il les décrit comme des « mages venus d’Orient » et suivant un « astre à son lever », c’est-à-dire à l’Est. Il raconte l’épisode de l’entrevue avec Hérode, à la suite duquel l’astre réapparait : « A la vue de l’astre ils se réjouirent d’une très grande joie ». Puis l’adoration de l’Enfant-Jésus : « entrant alors dans le logis, ils virent l’enfant avec Marie sa mère, et, se prosternant, ils lui rendirent hommage ; puis, ouvrant leurs cassettes, ils lui offrirent en présents de l’or, de l’encens et de la myrrhe ».

On sait donc qu’ils sont savants, et qu’ils viennent adorer un enfant. Rien de plus : pas de noms, pas de précision sur leur royauté, on ne sait même pas qu’ils sont trois.

Isaïe semble avoir annoncé cette adoration des mages en chantant la splendeur de Jérusalem : « Les nations marcheront à ta lumière et les rois à ta clarté naissante (…). Des multitudes de chameaux te couvriront, des jeunes bêtes de Madiân et d’Epha ; tous viendront de Saba, apportant l’or et l’encens et proclamant les louanges de Yahvé. » Les mages seraient donc rois.

Ce que dit la Tradition

Ce matin, vous avez approché vos rois mages de la mangeoire dans votre crèche. Ils sont au nombre de trois. On peut supposer que les trois cadeaux de l’Évangile de Matthieu – l’or pour la royauté, l’encens pour la divinité et la myrrhe pour l’humanité du Christ – ont tout naturellement conduit à établir ce nombre, qui symbolise également la Trinité.

Vous les appelez Gaspard, Melchior et Balthazar. Ces noms apparaissent pour la première fois dans la Legenda aurea rédigée par Jacques de Voragine au XIIIème siècle. L’auteur nomme les mages dans trois langues différentes : latin, hébreu et grec. Nous aurons retenu les noms grecs.

Jacques de Voragine donne même une description de ces mages :  Melchior serait le vieillard à la longue barbe blanche qui offre l’or. Parmi vos santons, c’est souvent celui qui est à genoux. Gaspard, c’est le jeune, imberbe et « rouge de couleur ». Il offre l’encens à Jésus. Enfin, Balthazar, « au visage noir, portant toute sa barbe » porte la myrrhe entre ses mains.

Ce que les mages représentent

Ainsi, selon la Tradition, les trois rois mages représentent les trois âges de la vie. Ils sont également le symbole de la richesse et de la sagesse, signe que même les plus grands doivent adorer Jésus enfant. A l’instar des bergers qui figurent la pauvreté, des anges et de tous les santons de la crèche venus adorer Jésus, les mages viennent comme ils sont, offrir ce qu’ils ont.

Il semblerait que la Providence ait voulu nous donner un exemple d’humilité en permettant que quelques lignes d’un évangile prennent autant de place dans la Tradition de l’Eglise.

La Rédaction de L’Homme Nouveau vous souhaite une belle fête de l’Épiphanie !

 

A lire également : 3 bonnes raisons de tirer les rois pour l’Epiphanie

Marguerite Aubry

Marguerite Aubry

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 pape
Eglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien