Réindustrialiser ?

Réindustrialiser ? L'Homme Nouveau

La secrétaire d’État est là, le préfet aussi, les députés bien entendu. Les élus locaux évidemment mais, quand il y a du lourd comme ça, quand ça déboule des ministères, le petit maire, tout le monde s’en fout. On inaugure une usine : couper le ruban, discours évidemment et « restau » aux frais de la Région. « La réindustrialisation de nos régions s’impose. » Le déjeuner se fera sur ce thème… à gauche comme à droite : réindustrialisons ! Vraiment ? Recommencer 200 ans de chaos humain, de misère, d’exode rural, de destruction des métiers, des savoir-faire. Continuer l’élimination systémique du monde artisanal. Celui des hommes libres confiants dans la maîtrise de leur métier, propriétaires de leurs ateliers et patrons de quelques apprentis. Continuer à prolétariser des hommes lobotomisés par trente ans de carrière à se dégénérer sur le même geste, plus capables d’exercer la moindre responsabilité tant les normes et les « process » se sont substitués à leur liberté. Réindustrialiser ? Vraiment ? Et voir encore et encore sortir hagardes, des femmes prétendues libérées et réellement hébétées par un boulot que des robots font déjà à leur place. Réindustrialiser et voir nos villes devenir fantômes comme Détroit, parce que le capitalisme a trouvé ailleurs une main-d’œuvre moins chère. Multiplier les Gandrange et laisser une région exsangue aux maisons noires des crassiers des aciéries, parce qu’un Mital préfère l’Inde à la Lorraine. Réindustrialiser ? Non, fini ! Nous préférons deux cents patrons de forges plutôt qu’un grand groupe, nos six cent mille agriculteurs à cent fermes usines. Ce libéralisme bousille hommes, familles, régions, pays, continents. Faisons-le cesser…

Réartisanalisons nos provinces.

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | L’essentiel, c’est l’affichage

En deux minutes devant la machine à café de l’entreprise, j’ai compté quarante-deux affichettes sur le palier où je déambulais. Près de trois mètres carrés occupés par des avis en tout genre, obligations, interdictions, sensibilisations et autres annonces syndicales. Autant le papier peint nécessite un rafraichissement, autant ce patchwork informatif en camaï...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | L’essentiel