Rerum Novarum : L’État a-t-il un rôle à jouer dans la question sociale et économique ? (IV)

Publié le 15 Sep 2021
rerum novarum

Après la révolution intellectuelle et institutionnelle du XVIIIe siècle, une nette évolution s’effectue concernant le rôle de l’État. En consacrant une encyclique à la condition ouvrière, Léon XIII ne pouvait éviter d’aborder cette importante question au regard de l’amélioration du sort des ouvriers.   Quelles sont les conceptions du rôle de l’État en cours à la parution de Rerum Novarum ? À titre de rappel, soulignons que deux grandes écoles s’affrontaient alors à ce sujet (et s’affrontent toujours d’une certaine manière, dans le cadre d’une palette de nuances). Pour les tenants du libéralisme économique, il était nécessaire que l’État intervienne le moins possible et qu’il se contente finalement de créer le cadre juridique nécessaire à l’épanouissement de l’initiative privée. Dans l’exposé introductif à la loi du 14 juin 1791 qui allait porter son nom et supprimer les corporations, Isaac Le Chapelier en expose le fondement doctrinal : « Il faut donc remonter au principe que c’est aux conventions libres d’individu à individu à fixer la journée pour chaque ouvrier. » En réaction, le socialisme luttera pour que l’État accapare l’activité économique, l’organise et la dirige pour en distribuer les produits. Marx l’exprime, par exemple, dans Le Manifeste du parti communiste : « Le premier pas dans la révolution ouvrière est la constitution du prolétariat en classe dominante, la conquête de la démocratie. Le prolétariat se servira de sa suprématie politique pour arracher peu à peu à la bourgeoisie tout capital, pour centraliser tous les instruments de production entre les mains de l’État, c’est-à-dire du prolétariat organisé en classe dominante, et pour augmenter au plus vite la masse des forces productives. » Quelle est la conception chrétienne du rôle de l’État ? Avant de déterminer avec précision le rôle de l’État dans le domaine économique, et les effets sociaux qui en découlent, Léon XIII prend soin de rappeler le rôle plus général de l’État. Celui-ci a non seulement le droit mais le devoir d’intervenir par la force de la loi et les institutions afin de créer les conditions de « la prospérité ». Ce dernier terme surprendra dans la mesure où il semble accréditer l’idée d’un rôle simplement économique dévolu à l’État, dans une perspective qui semblerait uniquement matérialiste. Tel n’est évidemment pas le sens retenu par Léon XIII. Pour le pape, « ce qui fait une nation prospère, c’est la probité des mœurs, l’ordre et la moralité comme bases de la…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

La Rédaction de Reconstruire

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi