Restaurer une église pour un baptême ? 

Publié le 16 Mar 2024
restaurer église

Église Saints-Pierre-et-Paul de Messein. © Google, mai 2023

Un jeune couple résidant en Meurthe-et-Moselle a décidé de restaurer l’église de leur commune, attaquée par l’humidité. L’objectif est d’y faire baptiser leur enfant prochainement. 

  Avec une simple idée appuyée par la bonne volonté d’un village, tout peut changer, comme le démontrent Jean-Louis et Marie-Lorraine. Ce jeune couple de trentenaires, résidant depuis deux ans dans le village de Messein, en Meurthe-et-Moselle, a pris l’initiative de redonner vie à la petite église communale Saints-Pierre-et-Paul. Cette église, dans un état déplorable, est affectée par l’humidité, ses murs sont délabrés, et ses bancs sont moisis. La construction actuelle est attribuée à la famille Dubois de Fretières pour laquelle la chapelle seigneuriale devait être en bon état afin d’accueillir les funérailles d’Antoine de Fretières et de son épouse à la fin des années 1680. La construction de la sacristie en 1736 s’est appuyée sur les murs préexistants de l’église. La dernière restauration remonte aux années 2000. Depuis lors, l’édifice a principalement été utilisé pour les enterrements.   

Un couple mobilisé

Jean-Louis et Marie-Lorraine sont tous les deux catholiques pratiquants. Lui est fonctionnaire, tandis qu’elle exerce le métier d’infirmière. Leur habitation est située à proximité immédiate de cet édifice abandonné. Dès le mois de janvier, ils ont décidé de lui redonner vie. L’arrivée imminente de leur premier enfant étant prévue en février, le couple avait rapidement envisagé de le faire baptiser dans l’église en mars. Leur sentiment de tristesse en voyant la maison de Dieu abandonnée les a poussés à agir. Ils ont donc sollicité le curé de la paroisse ainsi que le maire afin de prendre en charge eux-mêmes les travaux d’entretien nécessaires. Le maire de la commune, Daniel Lagrange, reconnaît que la mobilisation des habitants pour un tel projet est rare et appréciable. Il souligne que l’église n’est plus utilisée depuis une dizaine d’années et que le nombre de pratiquants a considérablement diminué. Cependant, il se réjouit que certains prennent les devants en contribuant à ce projet. L’ennemi principal ici est l’humidité. La commune prend en charge l’ensemble du matériel nécessaire à la rénovation intérieure, notamment la peinture, le plâtre et les produits d’entretien. Ce sont essentiellement des retraités qui ont contribué dès le début des travaux. Bien que la plupart d’entre eux ne soient pas des artisans, avec un peu de bonne volonté, il a été possible d’arriver à un résultat remarquable ! Mais quelques coups de pinceau ne suffiront…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Solène Grange

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement