Rester au contact

Publié le 16 Avr 2023
contact

Dans la crise civilisationnelle, garder son équilibre est une gageure. Se regrouper pour vivre chrétiennement et transmettre la civilisation aux générations à venir est une nécessité. Mais renoncer à garder le contact avec le reste de la population serait abandonner le bien commun. L’engagement dans la cité n’est pas une option mais une nécessité.   Chaque année, les chrétiens fêtent Pâques. Ils célèbrent la Résurrection, c’est-à-dire la Victoire sur les Ténèbres, l’ouverture des portes du Ciel. La joie de Pâques, les chrétiens orientaux ont pour coutume de se l’exprimer mutuellement en se saluant par ces mots : « Christ est ressuscité ! » La vie spirituelle possède cette grande qualité que, quels que soient les circonstances, les lieux, les contextes paisibles ou difficiles, la Résurrection rappelée chaque année est présente dans les esprits, accompagnée de la certitude de sa conséquence surnaturelle majeure, la possibilité du Salut. La foi dans ce qui est annoncé pour « demain » fait agir le chrétien. Aucune certitude On aimerait, dans l’ordre temporel, avoir la même certitude. Mais là, avouons-le, les choses sont beaucoup moins simples. Les catholiques français n’en ont aucune au sujet du salut temporel de leur pays. La situation du moment accentue sans aucun doute le besoin d’aiguiser sans cesse notre sens du bien commun, notre volonté de préserver et de transmettre ce que nous avons reçu et d’exercer notre devoir de piété à l’égard de la patrie. Nous le faisons sans certitude absolue quant au devenir de notre pays. Sans tomber dans les travers d’un naturalisme expliquant toute chose par l’enchaînement mécanique de causes et d’effets, le moins que l’on puisse dire c’est que l’avenir proche ne s’annonce pas radieux. Peu fervents des utopies des « lendemains qui chantent », même chrétiennes, à la suite du grand soir de la contre-révolution rêvée, nous nous contentons de faire vaillamment ce que nous avons à faire, usant de notre mieux de nos talents personnels que nous essayons d’exercer avec notre intelligence et notre cœur, sans oublier l’espérance qui entretient la volonté. Si la renaissance temporelle de notre pays et de la civilisation européenne ne semble pas pour demain, il n’empêche que, du point de vue naturel, il est indispensable de réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour endiguer la déferlante de la dégringolade et entamer un redressement. C’est même un devoir de justice. Les grandes manifestations et les mouvements de grève qui se sont déroulés ces derniers temps laissent un…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Joël Hautebert

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesPhilosophie

Nietzsche : Généalogie historique ou continuités illusoires ?

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 4 | L’une des thèses principales du philosophe allemand prétend établir des filiations historiques et morales entre Rome, la Renaissance et Napoléon, la Judée, la Réforme et la Révolution française. Interprétation simplistes, ces continuités ne résistent pas à l’examen. Quatrième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.

+

Friederich Nietzsche
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (2)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 3 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.Faisant un mauvais procès au christianisme, Nietzsche l’accuse d’être une religion de failles, accusation démontée par la vie même du Christ, celle de saint Paul et celle que mènent les moines. Troisième volet de notre présentation de la philosophie nitzschéenne (article 1 et article 2 à retrouver sur notre site).

+

Friederich Nietzsche
ChroniquesSociétéPhilosophie

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (1)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 2 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.

+

Friederich Nietzsche
Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin