Resurrectiothérapie

Publié le 22 Avr 2017
Resurrectiothérapie L'Homme Nouveau

Mais comment font-ils, ceux qui ne croient en rien ? Comment font-ils, ceux qui n’ont pas la foi en un Dieu qui nous sauve. Ou, plus exactement, qui nous a déjà sauvés parce qu’Il aime chacun d’entre nous ? Comment font-ils pour survivre à cette grisaille humaine qui n’en finit pas ? Comment font-ils pour survivre aux longs mois que nous venons de passer et que nous subissons encore, mois de déconstruction et de déchirements politiques, d’ambitions égotiques dans notre pays, de quasi-chaos dans la moitié du reste du monde. Qu’ont-ils pour n’être pas en désespérance ? Les antidépresseurs ? Comme les antibiotiques ils finissent par ne plus faire d’effet ! La nature ? Il est vrai que le printemps invite à la renaissance et qu’un peu de méditation pieds nus dans l’herbe peut apaiser mais, même si on la fume, l’herbe ne console pas durablement !

Alors que nous les cathos, purifiés par un bon Carême, recentrés sur l’essentiel, certains d’être aimés, sauvés, certains aussi que le monde est conduit à sa bienheureuse finalité, n’est-il pas vrai que nous rayonnons tout illuminés que nous sommes de la joie pascale ? Exemples de sereine confiance dans le Créateur et dans le Sauveur, n’avons-nous pas laissé derrière nous chagrins, inquiétudes, angoisses, tristesses, critiques, récriminations, rancœurs et conflits ? Véritables lumières dans le monde, ne sommes-nous pas ceux vers qui on va pour recevoir certitudes, consolations, joie et amour ? Nos visages tout illuminés ne sont-ils pas invitations au Christ ? Les cathos ne sont pas mieux que les autres ! dit le ronchon.

Gageons que si, au moins pendant le temps pascal. Allons, nous tous ! Décidons de rester dans la joie pascale et devenons, pour ce monde malade, christothérapeutes.

Selon une tradition populaire de Rome, Pasquin était un tailleur de la cour pontificale au XVe siècle qui avait son franc-parler. Sous son nom, de courts libelles satiriques et des épigrammes (pasquinades) fustigeant les travers de la société étaient placardés sur le socle d’une statue antique mutilée censée le représenter avec son compère Marforio à un angle de la Place Navona et contre le Palais Braschi.

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin
ChroniquesEgliseSpiritualité

Ayons un abandon confiant et total dans l’unique Bon Pasteur

Commentaire du Pape | Lors de la récitation du Regina caeli du 21 avril dernier, le Pape a commenté l’épisode évangélique bien connu du Bon Pasteur, lu la semaine auparavant dans la forme extraordinaire. Cette image du Bon Pasteur est très biblique. L’Ancien Testament peint, à plusieurs reprises, les traits caractéristiques du bon et du mauvais pasteur.

+

bon berger bon pasteur
Chroniques

Ni abstrait ni différencié, l’homme enraciné

L'Essentiel de Joël Hautebert | Dans le grand déséquilibre contemporain, deux écueils menacent la juste conception des êtres humains, considérés d’un côté comme des pions interchangeables et de l’autre comme n’ayant en commun que leur « zoologie ». Seule la conception chrétienne tient finalement les deux bouts de la chaîne. Une leçon plus que jamais d’actualité, à l’heure où la Nouvelle Droite pourrait faire figure de remède au mondialisme.

+

homme enraciné