Nouvelle constitution apostolique : le Pape réorganise le vicariat de Rome 

Publié le 08 Fév 2023

Le pape François vient de modifier les règles qui régissent le diocèse de Rome. Comme dans beaucoup des actes de ce pontificat, apparaissent dans le document juridiques deux tendances apparemment contradictoires : une volonté de renforcer son autorité couplée à l’abandon de symboles historiques de la primauté du successeur de Pierre qui veut marquer l’avancée de la « synodalité ». Analyse d’un ancien membre de la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements.   Le pape François est l’évêque de Rome et, de ce fait, le successeur de l’apôtre Pierre, et donc le Souverain Pontife ou Pontife romain, Vicaire du Christ et Pasteur de l’Église universelle. Avec la nouvelle constitution apostolique In Ecclesiarum Communione, publiée le 6 janvier 2023, sur la réorganisation du vicariat de Rome, le Pape met l’accent sur son rôle d’évêque de Rome assisté dans l’exercice de son ministère par le cardinal vicaire et les autres évêques auxiliaires du diocèse. Le diocèse de Rome doit être exemplaire dans la conversion missionnaire et pastorale à laquelle le Pape invite toute l’Église. Il doit être gouverné de manière synodale. Pour cela, la nouvelle constitution souligne le rôle du conseil épiscopal qui – c’est une nouveauté – est présidé par le Pape (ou en son absence par le cardinal vicaire). L’évêque de Rome se réserve également certaines questions sur lesquelles le vicaire doit d’abord le consulter. On peut dire qu’avec cette constitution, le Pape renforce son ministère en tant qu’évêque de Rome. Cette constitution apostolique, qui concerne le diocèse de Rome, est une étape importante dans un processus qui vise à faire émerger une nouvelle figure du Pape que François promeut depuis le début de son pontificat : beaucoup de ses gestes vont dans ce sens. Dès 2013, sa demande aux fidèles sur la place Saint-Pierre de prier pour lui avant donner sa bénédiction juste après son élection (comme « évêque de Rome », précise-t-il), puis, son logement à Sainte-Marthe ; enfin,  à Noël, ses vœux uniquement en langue italienne à ses diocésains, et non dans les différentes langues parlées dans le monde comme le faisaient Urbi et Orbi ses prédécesseurs, etc. Et, bien entendu, les étapes du Synode sur la synodalité qui vise – selon une terminologie aussi absconse qu’inimitable – à « mettre en synergie le Peuple de Dieu, le Collège des évêques et l’évêque de Rome, chacun selon sa propre fonction ». L’exemple suivant se…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

 Abbé Thierry Blot , Docteur en droit civil et en droit canonique

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
A la uneEglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles
EgliseBioéthiqueSpiritualité

GPA et filiation (4/4) : La filiation dans la Bible, reflet de la filiation divine

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (4/4) | Alors que la société actuelle a perdu ses racines et que les familles sont éclatées, la filiation telle que décrite dans la Bible est vidée de son sens. Dans l’Antiquité, la personne existe par son lien avec la famille, y compris les ancêtres. La dimension de filiation se dessine et se maintient alors par l’éducation et le respect. Elle préfigure la relation entre le Père et le Fils, et entre Dieu et les hommes.

+

gpa filiation