Saint Benoît, patron de l’Europe et maître des familles

Publié le 21 Mar 2023
saint benoît

Le 21 mars est fêté saint Benoît, fondateur dont l’équilibre de la règle devait influencer le monachisme occidental. Ce n’est cependant pas à sa vie et à son œuvre monastique que nous souhaitons nous intéresser aujourd’hui mais aux fruits nombreux que porte sa règle pour notre sanctification, la conversion des mœurs et la restauration de la civilisation chrétienne.

Revenons tout de même un instant sur le destin de saint Benoît avant d’aborder plus avant notre sujet.

Né en 480 à Nursie au sein d’une famille noble, il se retira à Subiaco après des études de droit et de lettres afin de se donner tout entier à Dieu par une vie d’ermite qui durera trois ans. Mais sa sainteté, l’exemple de sa quête spirituelle, comme souvent dans l’histoire des saints, attirèrent bientôt quelques jeunes gens désireux de se placer sous la conduite d’un maître pour la croissance de leur vie intérieure.

Après quelques péripéties, Benoît fonda une communauté de moines au mont Cassin dont il devint abbé. La règle qu’il rédigea est destinée à structurer cette vie monacale. « À toi, qui que tu sois, s’adresse à présent ma parole, à toi qui renonces à tes volontés et prends les armes très puissantes et glorieuses de l’obéissance pour combattre au service du Seigneur Christ, le vrai roi. (…) Voilà pourquoi nous allons fonder une école du service du Seigneur. En l’organisant nous espérons n’y rien établir de rigoureux, ni rien de pesant. » expose le saint dans son prologue.

Le succès universel et plus que millénaire de cette règle réside dans son équilibre. Benoît XVI la décrivit au cour d’une catéchèse prononcée le 9 avril 2008 : « Benoît qualifie la Règle de « Règle minimale tracée uniquement pour le début » ; en réalité, celle-ci offre cependant des indications utiles non seulement aux moines, mais également à tous ceux qui cherchent un guide sur leur chemin vers Dieu. En raison de sa mesure, de son humanité et de son sobre discernement entre ce qui est essentiel et secondaire dans la vie spirituelle, elle a pu conserver sa force illuminatrice jusqu’à aujourd’hui. »

La règle bénédictine inspiratrice de la société politique

La règle de saint Benoît est civilisatrice. La culture jaillit du culte comme aime à le rappeler régulièrement Michel De Jaeghere. Le monachisme bénédictin a pour obligation, de par sa règle, d’accorder du temps à l’étude de l’Écriture Sainte qui est une nourriture spirituelle (chapitre 48) mais aussi de réserver une part substantielle de la journée au travail manuel, non seulement pour offrir la plus grande autonomie au monastère mais afin, surtout, d’éviter aux moines de quitter la clôture.

« De la sorte les moines n’auront pas besoin de se disperser au-dehors, ce qui n’est pas du tout avantageux pour leurs âmes » indique le chapitre 69. L’ordre bénédictin n’est pas un ordre mendiant, aussi ce travail, totalement lié à la prière dans une compréhension profondément chrétienne du labeur, produit de tels fruits que, bientôt, ils débordent et fertilisent de proche en proche la société que les moines avaient pourtant quittée à dessein. L’abbaye de Donezan[1] qui défriche un plateau pyrénéen et érige une abbatiale en est un vivant exemple sous nos yeux.

C’est ainsi que Benoît est le père de l’Europe. Dom Guéranger, fils illustre de l’ordre, dans son année liturgique, rend hommage au saint moine : « c’est lui qui, par ses enfants, nombreux comme les étoiles du ciel et comme les sables de la mer, a enseigné l’agriculture ; détruit l’esclavage ; sauvé enfin le dépôt des lettres et des arts, dans le naufrage qui devait les engloutir sans retour, et laisser la race humaine en proie aux plus désolantes ténèbres. »

Tout simplement parce que les moines mettent dans leur travail manuel et intellectuel, la même humilité, le même détachement, la même application et la même perfection qu’ils mettent dans l’oraison et la vie liturgique. Et l’on voit une fois encore que la liturgie tient tout le reste de nos vies, que c’est elle qui règle la mesure, et qui fixe l’esprit de nos autres activités.

La règle bénédictine nous enseigne que le culte est le grand inspirateur de l’action car, fixant comme priorité la vie surnaturelle, il clarifie, hiérarchise, oriente le reste de nos œuvres afin qu’elles-mêmes contribuent à notre sanctification par l’accomplissement du devoir d’état et la recherche du bien commun. La civilisation qui en jaillit ne se mesure pas par des taux de croissance, des points de PIB mais par des mœurs profondément chrétiennes, des paysages harmonieux, une priorité à l’être, la pratique naturelle des œuvres de miséricorde, l’attention au réel, des liens sociaux organiques… c’est-à-dire la Chrétienté.

La règle bénédictine inspiratrice de la société familiale

Mais si la règle bénédictine a permis à la Chrétienté d’éclore, elle est aussi et plus immédiatement l’inspiratrice à nulle autre pareille d’une règle de vie pour cette cellule de base de la société qu’est la famille ainsi que pour chacun de ses membres. Nulle nécessité d’être oblat pour jouir des bienfaits de ce patrimoine bénédictin, nul besoin d’être moine pour saisir le besoin d’une règle. Règle équilibrée qui aborde tous les aspects de notre vie sociale, bien qu’elle soit destinée d’abord et originellement à la vie du cloître.

Les noms des chapitres de la règle de saint Benoît sont éloquents, picorons presque au hasard quelques thématiques pour aiguiser notre appétit : l’humilité, la manière de corriger les jeunes enfants, les malades, l’accueil, les vieillards, l’oratoire, le travail, la manière d’être vêtu et chaussé, les voyages, l’obéissance mutuelle… L’idée de règle elle-même est nécessaire à nos vies. Ce fut toujours vrai, Décalogue, commandements de l’Église en sont un peu les règles mères, mais toutes les organisations humaines qui nous inspirent ont adopté une règle, un code de conduite ; que l’on songe au code chevaleresque ou à la loi scoute. Dans ce monde et à notre époque à la fois judiciarisés à l’extrême et dont ont disparu mœurs et morale, la réappropriation par les fidèles d’une règle inspiratrice est salvatrice. Les livres de raison de nos ancêtres, sans être des règles formelles, étaient le reflet de cette idée très chrétienne.

Le principe d’une règle de vie personnelle est assez courant, mais une règle familiale est, elle aussi, nécessaire : heure des repas, types de loisirs, services, liturgie domestique, travail, vêtement. La règle bénédictine qui est à l’opposée d’un règlement de discipline générale ou d’un code législatif, est libératrice, elle fixe à chacun un cadre d’épanouissement en fonction de son état de vie, de son devoir d’état. L’inspiration de la règle bénédictine, sans être adoptable en l’état, est et peut avec bénéfice être transposée au cœur du foyer afin que, comme au cloître, « rien ne soit préféré au service de Dieu ». N’avons-nous pas le même et unique objectif que ces moines qui nous fascinent : le Ciel ?

[1] https://abbaye-donezan.fr/

 

A lire également : Approfondir la spiritualité de saint Benoît

Cyril Farret d’Astiès

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSpiritualité

Réception des sacrements, une question de Salut (2/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 2/4 | Prêtre du diocèse de Nanterre, l'abbé Thibaud Guespereau a codirigé chez Artège l'ouvrage intitulé Les Sacrements en question, dans lequel il s’interroge sur le peu de fruits que semblent produire les sacrements. Une question grave qui selon lui devrait conduire à s’interroger sur la pastorale, l’enseignement des fins dernières et le rôle du prêtre.

+

sacrement
A la uneEglise

L’innovation au service de la foi : une cartographie des messes traditionnelles

Dans le sillage du pèlerinage de Chartres, et à la suite du succès retentissant de la messe organisée par Notre-Dame de Chrétienté, comment trouver la messe Saint-Pie V la plus proche de chez vous ? Cette question, un groupe de fidèles se l’est posée il y a désormais deux ans. Ils se sont alors attelés à une initiative audacieuse : la création d’une cartographie détaillée des messes de Saint Pie V.

+

messes traditionnelles cartographie traditionnelle
A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 pape