Saint Louis-Marie Grignion de Montfort : Missionnaire de l’Ouest (2/3)

Publié le 30 Mai 2023
Louis-Marie Grignion de Montfort

Prêcher, saint Louis-Marie Grignion de Montfort l’aura fait toute sa vie, envers et contre tout, malgré les moqueries et les hostilités, allant chercher jusqu’à Rome un titre qui de missionnaire apostolique valable en tous lieux. Et il continuera jusqu’à sa mort à s’y consacrer sans faiblir.   Les amoureux ne se lassent jamais de redire le nom de l’aimé. Ainsi en est-il des saints s’agissant de Dieu. Louis-Marie Grignion sait à peine parler qu’il passe son temps à entretenir ses proches des mystères du Salut. Ce devrait être, au demeurant, notre unique préoccupation à tous… Naturellement, car sa figure maternelle est familière aux enfants, le petit garçon révèle l’apôtre de Notre-Dame qu’il sera. Marie, dont il salue et vénère les images partout où il les rencontre, est déjà au cœur de ses pensées. Il en parle à sa mère, ses cadets, notamment sa sœur Louise, qu’il convainc de réciter le chapelet avec lui en échange de friandises dont il se prive, ses amis. C’est Elle qu’il vénère, élève chez les jésuites de Rennes, puis au séminaire Saint-Sulpice où il fonde l’Association des esclaves de Marie, prélude à sa doctrine du Saint Esclavage, que les supérieurs rebaptiseront Esclavage de Jésus en Marie. Prêcher des convertis ne lui suffit bientôt plus. Certains séminaristes le moquent car ils le croisent aux carrefours en train de haranguer chanteurs de rue et marchands ambulants, avec assez de talent pour que ses supérieurs lui confient, outre le catéchisme paroissial, le soin d’assurer le carême aux laquais du quartier, public difficile. Louis-Marie s’en tire admirablement et l’on commence à vanter « son talent pour toucher les cœurs ». Il en va de même lorsque, en 1699, choisi pour être l’un des deux séminaristes chargés d’effectuer le pèlerinage de Chartres, il ne cesse de prier que pour prêcher les moissonneurs beaucerons. Au lendemain de son ordination, en 1700, la vocation missionnaire de l’abbé Grignion ne fait de doute pour personne. Il demande à gagner Ville-Marie, la future Montréal, fondée par les Sulpiciens mais la mission canadienne est en crise et l’on n’y envoie personne. Louis-Marie songe alors aux Missions étrangères de Paris et à l’Extrême Orient. « Que faisons-nous ici quand tant d’âmes périssent dans le Japon et dans les Indes ?! », gémit-il, mais ce n’est pas là non plus que Dieu le veut. Si l’évangélisation des pays lointains, moyen de contrebalancer les pertes subies par la catholicité en Europe avec…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Anne Bernet

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
A la uneEglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles
EgliseBioéthiqueSpiritualité

GPA et filiation (4/4) : La filiation dans la Bible, reflet de la filiation divine

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (4/4) | Alors que la société actuelle a perdu ses racines et que les familles sont éclatées, la filiation telle que décrite dans la Bible est vidée de son sens. Dans l’Antiquité, la personne existe par son lien avec la famille, y compris les ancêtres. La dimension de filiation se dessine et se maintient alors par l’éducation et le respect. Elle préfigure la relation entre le Père et le Fils, et entre Dieu et les hommes.

+

gpa filiation