Dédicace des basiliques romaines (3/4) : Saint-Paul-hors-les-Murs, l’archétype d’une basilique

Publié le 17 Nov 2023
basilique saint-paul
La basilique Saint-Paul est l’une des quatre basiliques majeures de Rome. Elle a été fondée sur le tombeau de saint Paul, l’Apôtre des Gentils, et reste le type, presque vingt et un siècles après le martyre de celui-ci, des caractéristiques essentielles d’une basilique.

  Saint Paul fut décapité par les autorités romaines en 67 ou 68, sous le règne de l’empereur Néron. Il fut exécuté au sud de Rome, sur la Via Ostiensis, à deux kilomètres des murs d’Aurélien, d’où le nom de « Saint-Paul-hors-les-Murs » qui sera donné plus tard à la basilique. Il fut enterré non loin de là. En 313, la paix constantinienne mit fin à la persécution du christianisme. L’empereur Constantin fit construire deux basiliques sur les tombes de saint Pierre (au Vatican) et de saint Paul. La basilique dédiée à saint Paul fut consacrée vers 330 par le pape Sylvestre.  

Une vaste basilique à cinq nefs

Devenue un lieu de pèlerinage très fréquenté, l’église devint trop exiguë. En 386 l’empereur Valentinien II la fit démolir pour la remplacer par un édifice plus grand. Les travaux seront poursuivis par les empereurs Théodose et Honorius, d’où le nom de « basilique des trois empereurs » donné à l’édifice. Longue de 313 m, large de 65 m et d’une hauteur de 30 m, c’était une vaste basilique à cinq nefs, qui s’ouvrait par un portique à quatre arcades. Elle fut consacrée par le pape Sirice en 390. Le pape Léon le Grand (440-461) fit réaliser le long de la nef centrale les portraits de tous les papes qui l’avaient précédé. Dès 604, des moniales s’établirent à proximité du sanctuaire, bientôt suivies d’une communauté masculine que le pape Grégoire II (715-731) érigea en abbaye. Elle sera réformée par Odon de Cluny en 936, puis dépendra de la congrégation du Mont-Cassin. Les moines auront en charge le service liturgique de l’église ; aujourd’hui, « Saint-Paul est la seule basilique majeure ”monastique”, même si elle dépend de l’administration pontificale. » [1] La basilique fut dévastée à deux reprises, en 739 par les Lombards et en 847 par les Sarrasins. Pour protéger l’église et l’abbaye, le pape Jean VIII (872-882) fit construire des fortifications, avec treize tours, comme cela avait été fait autour du Vatican par le pape Léon IV. Les papes successifs ont embelli et enrichi la basilique. Saint Grégoire le Grand (1073-1095) fut abbé de Saint-Paul-hors-les-Murs avant d’être élu pape.…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi