Sciences : un nouvel esprit critique chez les jeunes ?  

Publié le 07 Fév 2023

Science : La désinformation des jeunes inquiète les acteurs politiques et sociaux qui se penchent avec sollicitude sur leurs causes. Témoins une enquête dont les résultats viennent de paraître. Mais le questionnaire utilisé n’est-il pas biaisé dès le départ par l’idée que les enquêteurs se font de la science ?   À en croire le sondage publié le 11 janvier 2023, ftiré d’une étude Ifop pour la Fondation Reboot et la Fondation Jean Jaurès, la désinformation des jeunes va croissant avec l’usage des réseaux sociaux. Pour preuve, une proportion non négligeable estime que «les êtres humains ne sont pas le fruit d’une longue évolution d’autres espèces comme le singe mais ont été créés par une force spirituelle (ex: Dieu)» . Si l’enquête brasse une quantité incroyable de thèmes, depuis la Terre plate jusqu’à la guerre en Ukraine en passant par les extraterrestres, qu’en est-il plus spécifiquement de la question de l’évolutionnisme ? Elle intervient en première position du questionnaire soumis. Il semblerait que les commanditaires de l’étude lui accordent une importance particulière. Qui plus est, elle suffit à soulever de vertigineuses interrogations philosophiques. La seule phrase citée plus haut suggère que les rédacteurs de l’enquête défendent au moins les trois idées suivantes : 1) les êtres humains sont le fruit d’une longue évolution ; 2) les êtres humains ne sont pas créés par Dieu ; 3) évolutionnisme et créationnisme sont incompatibles. Par-delà les thèses, ce sont d’abord les notions invoquées qui interrogent. C’est pourquoi le problème, en dernière analyse, se révèle mal posé. 1) Que faut-il entendre par évolution ou évolutionnisme ? On pense évidemment à la théorie présentée par Charles Darwin en 1859 dans sa célèbre Origine des espèces. Ce serait oublier que celle-ci a été largement dépassée par des théories plus récentes, qui n’ont plus grand-chose de darwinien si ce n’est qu’elles mobilisent le principe de sélection naturelle. Et les scénarios de l’origine des hominidés ne cessent d’évoluer eux-mêmes. Comme l’affirmait le paléoanthropologue Michel Brunet, dans sa leçon inaugurale au Collège de France en 2008 : «la validité d’une hypothèse a souvent une durée de vie qui s’arrête avec la découverte du prochain fossile». De surcroît, est-il légitime d’affirmer que toute thèse d’une élaboration progressive du corps humain est nécessairement matérialiste à la manière des théories contemporaines ? Cela mériterait à tout le moins d’être discuté. 2) Que d’ambiguïtés également quant à la notion de Création. Elle sert évidemment à agiter le chiffon rouge du créationnisme…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

 Florian Laguens Maître de conférences en histoire et philosophie des sciences à l’IPC-Facultés Libres (Paris) 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
A la uneSociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie
SociétéBioéthique

GPA et filiation (1/4) : La logique marchande, au cœur de la gestation pour autrui 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (1/4) | À l’approche des élections européennes, la question de la gestation pour autrui (GPA) refait surface. Si le droit français a permis jusqu’à maintenant de protéger la femme et l’enfant, une GPA soi-disant « éthique » est pourtant de plus en plus mises en avant par des personnalités et des entreprises étrangères.

+

gpa
Société

Transition de genre des mineurs : les procédures médicales enfin encadrées ?

Décryptage | Alarmé par le développement des traitements hormonaux et chirurgicaux de la transition de genre des enfants et leur impact négatif, le Sénat vient de voter une proposition de loi encadrant ces procédures, à la suite des dispositions prises dans un nombre grandissant de pays. Un pas dans la direction de la protection de la santé et du futur des mineurs concernés.

+

transition de genre mineur
SociétéFin de vie

La mort, honteuse et confisquée

L'Essentiel de Thibaud Collin | De mensonges en manipulations, l’euthanasie s’imposera bientôt par la loi à la société française. À l’origine de cette transgression finale, une vision déformée de la vie et la disparition de l’au-delà qui fondent cette ultime et illusoire tentative de contrôle, souvent en confisquant au mourant la conscience de sa fin.

+

mort fin de vie