Si elle avait été armée, elle serait vivante…

Publié le 14 Mai 2015
Si elle avait été armée, elle serait vivante… L'Homme Nouveau

Voici une histoire terrible, mais qui malheureusement se répète depuis des années. À Lavaur, dans le Tarn, un brave homme, Luc Fournié, propriétaire d’un bar-tabac, constate que les barreaux de la fenêtre de son arrière-boutique ont été sciés. Il prévient les gendarmes qui, sans doute lassés de ne jamais être suivis par la justice dans leur mission, se contentent de constater. Luc Fournié, affolé, va récupérer le fusil de son père, bricole une sorte d’alarme de fortune, puis prend la garde dans son arrière-boutique. À 2 h du matin, le 14 décembre 2009, deux ombres surgissent. M. Fournié tire et tue un jeune homme de 17 ans, Jonathan Lavignasse. Tout va désormais tourner autour de la notion de légitime défense, et pourtant, Luc Fournié va être condamné à sept ans de prison. Il a fait appel.

Le plus souvent, les jurés populaires admettent ces faits, simples : quand il y a conflit entre un voleur et un honnête homme, la réponse est de dire, fallait pas y aller, c’est un accident du travail ! Il y a un risque à être voleur et il s’agit de rendre la monnaie de sa pièce à un malfaiteur qui a sciemment pris ses risques, c’est une « légitime violence ». Et les jurés acquittent. Ce fut le cas dans deux affaires célèbres : le transistor piégé, ou la boulangère de Reims. D’autant que le Code prévoit ces circonstances aggravantes pour les malfaiteurs : entrée de nuit, par effraction, violence ou ruse, en groupe et avec armes dans une demeure habitée. Mais, ajoute le Code, il faut que la défense soit « proportionnée à l’attaque » et c’est un argument absurde. Deux exemples vécus : un petit bijoutier, déjà agressé plusieurs fois, se munit d’un pistolet. Arrive un malfaiteur qui casse les vitrines avec un marteau puis s’approche du bijoutier et de sa caisse, menaçant le crâne du commerçant. Celui-ci tire et tue son agresseur. Que devait-il faire ? Dire : « Attendez un instant, que j’aille voir si je n’ai pas un marteau qui traîne par là ?…».

À Stains, Mme Liger, boulangère, voulant défendre son fils handicapé harcelé par une bande de « jeunes », est frappée et meurt. Si elle avait été armée et qu’elle ait tiré, elle serait vivante. Mais ses agresseurs ont été acquittés ! Conclusion et à propos de M. Fournié : comme les magistrats souvent (les femmes notamment), les jurés sont conditionnés par le politiquement correct et suivent à la lettre le conseil d’Oswald Baudot, magistrat membre du Syndicat de la magistrature, à ses confrères : « Ayez un préjugé favorable pour le voleur contre la police ». Dommage. Les jurés jusqu’ici opposaient le bon sens aux folies de la justice…

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin
ChroniquesEgliseSpiritualité

Ayons un abandon confiant et total dans l’unique Bon Pasteur

Commentaire du Pape | Lors de la récitation du Regina caeli du 21 avril dernier, le Pape a commenté l’épisode évangélique bien connu du Bon Pasteur, lu la semaine auparavant dans la forme extraordinaire. Cette image du Bon Pasteur est très biblique. L’Ancien Testament peint, à plusieurs reprises, les traits caractéristiques du bon et du mauvais pasteur.

+

bon berger bon pasteur
Chroniques

Ni abstrait ni différencié, l’homme enraciné

L'Essentiel de Joël Hautebert | Dans le grand déséquilibre contemporain, deux écueils menacent la juste conception des êtres humains, considérés d’un côté comme des pions interchangeables et de l’autre comme n’ayant en commun que leur « zoologie ». Seule la conception chrétienne tient finalement les deux bouts de la chaîne. Une leçon plus que jamais d’actualité, à l’heure où la Nouvelle Droite pourrait faire figure de remède au mondialisme.

+

homme enraciné