Un dictionnaire d’histoire de l’Église

Publié le 08 Déc 2022

Le Dictionnaire historique de la papauté dirigé par Philippe Levillain et le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège dirigé par Christophe Dickès restent des ouvrages de référence. Le Dictionnaire d’histoire de l’Église qui vient de paraître, même s’il les recoupe en certaines notices, a une ambition plus vaste puisqu’il concerne non seulement la papauté et le Saint-Siège mais l’ensemble de l’Église. L’ouvrage est publié sous la direction du père Bernard Ardura, président du Comité pontifical des Sciences historiques. Il a su rassembler quelque 80 collaborateurs de différents pays, mais en très large majorité italiens.

En 870 pages, sur deux colonnes, plus de six cents notices présentent ce qui fait la réalité de l’Église à travers les siècles : ses multiples institutions, ses organismes, ses différents personnels, ses liturgies. Des notices sont consacrées aussi à des notions canoniques (Incompatibilité des fonctions, Interdit, Juridiction, Peine médicinale, etc.) ou théologiques (Immaculée Conception, Indifférentisme, etc.).

Le maître d’œuvre de ce volume a fait le choix d’écarter les personnages qui ont fait l’histoire de l’Église. On ne trouvera donc aucune notice biographique de saint, de pape ou de fondateur d’ordre. Mais ils apparaissent bien sûr dans telle ou telle notice, par exemple dans la notice consacrée au concordat qui définit la nature de ce genre d’accord et la succession des concordats depuis celui de Worms en 1122. Des notices sont consacrées également à des courants spirituels, théologiques ou philosophiques : Hussites, Gallicanisme, Jansénisme, etc. Dans la recension qu’il a faite du volume, Stéphen Vallet (L’Homme Nouveau n°1770 du 5 novembre 2022) a relevé, à juste titre, combien les notices consacrées à l’intégralisme/intégrisme et au libéralisme étaient insatisfaisantes. On pourrait en pointer quelques autres, de la même veine.

Malgré ces scories regrettables – qui concernent des sujets controversés – ce Dictionnaire rendra les plus grands services. La longue présentation qui est faite des nombreuses Églises catholiques orientales (p. 371-383) est très claire. On relèvera…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin
ChroniquesEgliseSpiritualité

Ayons un abandon confiant et total dans l’unique Bon Pasteur

Commentaire du Pape | Lors de la récitation du Regina caeli du 21 avril dernier, le Pape a commenté l’épisode évangélique bien connu du Bon Pasteur, lu la semaine auparavant dans la forme extraordinaire. Cette image du Bon Pasteur est très biblique. L’Ancien Testament peint, à plusieurs reprises, les traits caractéristiques du bon et du mauvais pasteur.

+

bon berger bon pasteur
Chroniques

Ni abstrait ni différencié, l’homme enraciné

L'Essentiel de Joël Hautebert | Dans le grand déséquilibre contemporain, deux écueils menacent la juste conception des êtres humains, considérés d’un côté comme des pions interchangeables et de l’autre comme n’ayant en commun que leur « zoologie ». Seule la conception chrétienne tient finalement les deux bouts de la chaîne. Une leçon plus que jamais d’actualité, à l’heure où la Nouvelle Droite pourrait faire figure de remède au mondialisme.

+

homme enraciné