Une grève de la faim pas comme les autres

Publié le 31 Mai 2013
Une grève de la faim pas comme les autres L'Homme Nouveau

Entretien avec Alain, père de famille de 58 ans et professeur d’université, qui a jeûné 19 jours pour la famille.

Propos recueillis par Adélaïde Pouchol

Vous achevez aujourd’hui 19 jours de grève de la faim contre la loi Taubira. Pourquoi cette démarche ?

Il ne s’agit pas d’une grève de la faim à proprement parler, mais plutôt d’un jeûne eucharistique. Ce n’est pas un acte mortifère, c’est au contraire une démarche de vie, spirituelle avant tout. Je communie tous les jours et veux ainsi témoigner de la place centrale du Christ dans ma vie, témoigner aussi de ce que la prière est une arme plus forte que l’on ne croit. J’ai participé aux différentes manifestations, signé d’innombrables pétitions mais voyais que nous n’étions pas écoutés. J’ai voulu poser un acte fort. Le choix n’a pas été facile, j’ai prié plusieurs mois avant de prendre cette décision. J’ai été accompagné par un prêtre dans ma démarche et, finalement, j’ai commencé mon jeûne le 13 mai dernier, jour de Notre Dame de Fatima. Un jeûne qui n’est pas focalisé sur la seule loi Taubira mais sur l’ensemble des lois mortifères et des atteintes à la famille qui sévissent aujourd’hui.

Ce jeûne n’est donc pas un acte désespéré !

Non, au contraire. C’est un acte qui est inspiré des quarante jours du Christ au désert et de la vie de Marthe Robin, même si je n’ai pas la prétention d’être le miracle vivant qu’elle a été ! J’ai perdu la foi dans ma jeunesse mais lorsque, en 1994, j’ai perdu l’une de mes filles dans des circonstances très douloureuses, la quiétude agnostique dans laquelle je me complaisais a été brisée par le choc. Je suis parti en pèlerinage à Medjugorje, à l’époque où la guerre sévissait en Bosnie. Je n’y ai pas eu d’illumination mais la réponse toute simple d’un prêtre français qui m’a expliqué que ma fille était une petite sainte qui intercédait désormais pour moi auprès du Père. Aujourd’hui, je sais qu’elle intercède pour moi et qu’elle m’accompagnait pendant mon jeûne.

Qu’ont dit les gens que vous avez rencontrés de ce jeûne ?

J’ai été très bien accueilli, par les membres de La Manif pour tous et les Veilleurs notamment. Je ne me suis pas caché de la dimension spirituelle de mon acte et j’ai été heureux de voir que l’exemple de Marthe Robin parlait à tous. Certains grands médias aussi ont su rapporter ma démarche avec honnêteté. J’ai témoigné auprès des Veilleurs dans la nuit du 26 au 27 mai, après la manifestation nationale et j’y ai reçu un accueil très favorable.

Espérez-vous que d’autres suivront votre exemple ?

Si je suis le seul à jeûner, ce n’est pas grave. Mais j’espère avoir amorcé quelque chose. J’ai encouragé les Veilleurs à jeûner car c’est un acte fort pour ceux qui souhaitent aller jusqu’au bout, qui souhaitent une certaine radicalité. Je les ai enjoins aussi à faire le serment, en leur for intérieur, de ne plus jamais laisser passer de loi mortifère, de ne jamais plus laisser l’État s’attaquer à la famille. Nous n’avons plus le droit de nous complaire dans la tiédeur ! Pour autant, ce jeûne doit être décidé en connaissance de cause, sous deux réserves expresses : un accompagnement médical et spirituel. Les deux sont fondamentaux. Pour ma part, j’étais porté dans la prière par une communauté religieuse et suivi par un médecin.

Et pour l’avenir ?

Le monde nous regarde, nous sommes en train de construire la France qui vient. Nous avons tous conscience de vivre des jours extraordinaires, à la veille de quelque chose de nouveau que nous ne saisissons pas encore, un peu comme pendant les jours qui ont précédé la chute du mur de Berlin où personne, pourtant, ne se doutait de ce qui allait arriver.  À nous, maintenant, de poser les fondations de ce renouveau, ce qui passe notamment par une solide formation. À ma génération aussi de transmettre le flambeau aux plus jeunes !

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
A la uneSociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie
SociétéBioéthique

GPA et filiation (1/4) : La logique marchande, au cœur de la gestation pour autrui 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (1/4) | À l’approche des élections européennes, la question de la gestation pour autrui (GPA) refait surface. Si le droit français a permis jusqu’à maintenant de protéger la femme et l’enfant, une GPA soi-disant « éthique » est pourtant de plus en plus mises en avant par des personnalités et des entreprises étrangères.

+

gpa
Société

Transition de genre des mineurs : les procédures médicales enfin encadrées ?

Décryptage | Alarmé par le développement des traitements hormonaux et chirurgicaux de la transition de genre des enfants et leur impact négatif, le Sénat vient de voter une proposition de loi encadrant ces procédures, à la suite des dispositions prises dans un nombre grandissant de pays. Un pas dans la direction de la protection de la santé et du futur des mineurs concernés.

+

transition de genre mineur
SociétéFin de vie

La mort, honteuse et confisquée

L'Essentiel de Thibaud Collin | De mensonges en manipulations, l’euthanasie s’imposera bientôt par la loi à la société française. À l’origine de cette transgression finale, une vision déformée de la vie et la disparition de l’au-delà qui fondent cette ultime et illusoire tentative de contrôle, souvent en confisquant au mourant la conscience de sa fin.

+

mort fin de vie