Vers une Église sans prêtres ?

Publié le 16 Nov 2022
prêtres

Moins de prêtres, donc moins de sacrements, donc obligatoire disparition du modèle paroissial et sacramentel, remplacé par un humanitarisme censé se substituer au salut. Voilà l’avenir prôné par certains ecclésiastiques. À la vérité, ce raisonnement s’enferme dans un cercle vicieux et la « solution » proposée ne peut qu’accélérer la ruine.   Dans une tribune publiée dans La Vie (1), le père Stalla-Bourdillon, prêtre du diocèse de Paris, directeur du Service pastoral d’études politiques et professeur au Collège des Bernardins, annonce la fin d’un modèle d’Église, celui « d’une Église édifiée autour d’un clergé desservant des paroisses offrant comme chemin de sanctification la vie des sacrements  ». Il convient de comprendre les présupposés et les arguments qui soutiennent une telle thèse et d’envisager la pertinence du choix proposé. Car il y a ici une articulation assumée entre un constat (ordre théorique) et des décisions à prendre (ordre pratique). Le premier argument est qu’il « est acquis que ce modèle n’a plus d’avenir ». Et de rappeler la chute vertigineuse du nombre de prêtres qui rend dès lors obsolète le modèle traditionnel centré sur la paroisse et l’administration des sacrements. Le nombre de prêtres diminuant, le maintien du modèle antérieur crée une situation d’épuisement pour les prêtres en exercice. En effet, « toute l’architecture de la vie chrétienne a reposé sur la pratique des sacrements, communion et confession assurant le chemin de la sanctification des fidèles ». Puisque les sacrements sont administrés par les prêtres et que nous nous dirigeons vers une Église où les prêtres seront de plus en plus rares, la conséquence semble nécessaire : « Voici pourquoi ce dispositif déjà malmené va disparaître dans les années qui viennent. » Et de citer les statistiques censées corroborer ce pronostic qui remet en cause le modèle reliant la sanctification des fidèles et la fréquentation régulière des sacrements. Dès lors, le père Stalla-Bourdillon propose non pas simplement une réforme de l’organisation, déjà largement et vainement initiée, mais aussi d’« élargir la doctrine », c’est-à-dire de réfléchir à enseigner autre chose que ce modèle désormais impossible à honorer. « La sanctification par la charité, le service des pauvres, la liturgie familiale et l’étude de la Parole de Dieu vont dès lors trouver de nouvelles lettres de noblesse. La foi chrétienne s’exprimera dans le sacrement des frères et sœurs, dont l’humanité sauvée dans le Christ redevient le cœur du témoignage. » Et d’en conclure que la permanence de la foi chrétienne doit demeurer la…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Thibaud Collin

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi
A la uneEgliseMagistèreThéologie

Jean Madiran : lecteur critique de Gustave Thibon

Dossier « Jean Madiran et Gustave Thibon, un compagnonnage intellectuel ? » | Considéré par les lecteurs d’Itinéraires comme un collaborateur régulier de la revue, Gustave Thibon n’y donna en réalité qu’épisodiquement des articles, marquant toujours une certaine réserve par rapport au contenu. Directeur de la revue, Jean Madiran le sollicita à de nombreuses reprises mais s’éloigna de plus en plus du philosophe. Retour sur la rencontre de deux grandes figures qui évoluèrent différemment.

+

gustave thibon jean madiran