Vu de Rome

Publié le 16 Sep 2013
Vu de Rome L'Homme Nouveau

Aux éditions de L’Homme Nouveau, l’historien Yves Chiron a publié un vaste ouvrage consacré à l’Église. Il nous en dit plus. Entretien avec l’auteur. 

Vous venez de publier un nouvel ouvrage intitulé Vu de Rome. De quoi s’agit-il ?

Yves Chiron : Il s’agit d’un recueil ordonné d’articles parus dans diverses publications (Aletheia, L’Homme Nouveau, Présent et d’autres) depuis une vingtaine d’années. J’ai largement corrigé et mis à jour ces articles et je les ai rangés non dans un ordre chronologique mais par thème. Ces thèmes (histoire de l’Église, grands auteurs spirituels, débats doctrinaux, crise de l’Église, questions morales, vraies et fausses apparitions mariales, etc.) sont le reflet de mes centres d’intérêt et de mes préoccupations.

Vu de Rome rappelle, à sa manière, le célèbre Vu de droite d’Alain de Benoist qui était aussi un recueil d’articles dont l’ambition était d’offrir une nouvelle grille d’analyse et un nouveau corpus idéologique à la droite française. Est-ce aussi, mutatis mutandis, votre dessein ?

Le titre est, bien sûr, en référence au Vu de droite d’Alain de Benoist et l’architecture du livre pourrait aussi, par certains côtés, rappeler celle d’Alain de Benoist. Mais ce n’est pas une réponse à ce livre. C’est le fruit de réflexions et de lectures.

Je ne prétends certainement pas offrir un « nouveau corpus idéologique ». Pour un chrétien, il ne peut y avoir de corpus idéologique à réinventer. Il y a une foi qui tient en peu de mots (le Credo), que l’on peut certes expliciter, commenter, mais dont on doit vivre ; il y a un agir chrétien, qui trouve ses normes, lui aussi, dans des textes brefs (pour la prière, dans le Notre Père ; pour la vie personnelle et sociale, dans les dix commandements et les Béatitudes). L’histoire de l’Église, l’histoire de la théologie, l’histoire de la spiritualité ne sont que la mise en œuvre, réussie ou pas, de ce peu de mots fondateurs de notre foi et de notre agir chrétien.

Plus de trois cents pages, plus de dix têtes de chapitres qui recouvrent autant de thèmes, près de dix pages d’index des noms cités, le lecteur reste impressionné par l’ampleur de votre travail. Quelle est la part du chroniqueur religieux et de l’historien dans ce vaste monument ? La frontière entre les deux est-elle d’ailleurs toujours pertinente ?

La mode, dans les années 1970/1980, était de s’interroger d’abord sur le locuteur pour comprendre ce qu’il disait. « D’où parle-t-il ? » cela voulait dire « À quel titre ? ». Mes lectures et mes commentaires de l’actualité religieuse sont ceux d’un historien. Un moine tirerait d’autres choses de ces mêmes lectures et aurait d’autres analyses sur les évènements, ecclésiaux ou pas.

Vous parlez de « monument ». Le qualificatif est flatteur mais immérité. Ce n’est, en bien de ses parties, qu’un livre de repères. Il donne des repères, des références, et indique plutôt quels sont les monuments à visiter, à connaître. Émile Poulat a l’habitude de dire que rien n’est plus important, dans le domaine intellectuel, qu’une bonne bibliographie. À partir de là on peut éclairer, corriger, rectifier.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureDoctrine socialeLettre Reconstruire

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote
A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création