21 mars, une journée pour la trisomie 21

Publié le 22 Mar 2013
21 mars, une journée pour la trisomie 21 L'Homme Nouveau

2012… L’on se souvient de la jeune Pakistanaise, Rimsha, jeune trisomique d’une dizaine d’années, accusée à tort de blasphème et gardée emprisonnée de longues semaines. 2012, c’est aussi l’affaire Kruzmane contre Lettonie. Déboutée par les autorités de son pays, la Lettone Anita Kruzmane, mère d’une petite trisomique, porta plainte devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) contre son médecin pour ne lui avoir pas proposé de test de dépistage lors de sa grossesse. Alors que sa fille est aujourd’hui âgée de 10 ans, Anita Kruzmane porte plainte pour violation du droit à la vie familiale… et attend toujours la décision de la Cour. 2012, c’est la mise sur le marché, au mois d’août, du Praenatest. Venue de Suisse, cette méthode de dépistage est non invasive, une alternative moins coûteuse et moins dangereuse que l’amniosynthèse pour traquer, en toute sécurité, une éventuelle anomalie du bébé à naître. 2012, enfin, c’est comme chaque année l’élimination de 96% des fœtus porteurs de la trisomie 21, c’est la volonté orchestrée par le gouvernement et concrétisée par nombre de scientifiques, d’éradiquer une bonne fois pour toutes non pas la trisomie 21 mais les trisomiques eux-mêmes. 2012, c’est l’indifférence quasi généralisée aux souffrances, aux inquiétudes, aux difficultés comme aux joies des parents d’enfants trisomiques.

2012… C’est, malgré tout, le lancement, officialisé par la résolution de l’Organisation des Nations unies (Onu) A/RES/66/149 datée de décembre 2011, de la Journée mondiale de la trisomie 21, fixée au 21 mars de chaque année.

014 Un dimanche a maison (14)

2013… Rien n’a changé ? La Fondation Lejeune, les Amis d’Éléonore et toutes ces associations qui fleurissent en France comme ailleurs pour défendre les plus fragiles et favoriser la recherche d’un traitement efficace, poursuivent leur combat.

La deuxième édition de la Journée mondiale de la trisomie 21 a eu lieu, relayée en France, en Espagne, au Portugal, en Croatie, en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Italie, en Pologne, en Lettonie, en Russie, aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande.

Dans les rues de Paris, de charmantes bouilles posent sans complexe sur les panneaux publicitaires. « Sarah a une gentille maîtresse, plein de copines, un tutu rose et trois chromosomes 21. La différence est une chance. » Quant à Virgile, tenez-vous bien, il a « une épée de chevalier, un kimono, une trottinette verte et trois chromosomes 21 ». Pour lui aussi, « la différence est une chance ».

Derrière le message décomplexé, un brin provocateur – la maladie est-elle véritablement une chance ? – c’est un appel urgent et on ne peut plus sérieux à l’accueil de ces personnes handicapées que lance le collectif d’associations unies pour cette Journée, un appel pour les 8 millions de trisomiques que l’on recense actuellement dans le monde et pour qui intégrer le milieu scolaire ou professionnel est un véritable parcours du combattant.

Un parcours où la différence est tout sauf une chance. 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie