65e Journée Mondiale des Lépreux, objectif : supprimer cette maladie !

Publié le 23 Jan 2018
65e Journée Mondiale des Lépreux, objectif : supprimer cette maladie ! L'Homme Nouveau

Entre 1925 et 1928, Raoul Follereau découvre la lèpre et l’exclusion dont souffrent ceux qui en sont atteints. Obsédé par cette maladie, il aide par une levée de fonds en 1942 des religieuses à construire une léproserie, à Adzopé, en Côte d’Ivoire. Il ne cessera pas de se battre contre ce fléau.

En 1952, un premier médicament est découvert. Raoul Follereau lance la première Journée mondiale des lépreux deux ans après. L’objectif est de sensibiliser à cette maladie en combattant les idées reçues et de lever des fonds pour soigner, guérir et réinsérer.

La Fondation Raoul-Follereau, créée en 1984, poursuit l’œuvre du grand homme. Cette association est aujourd’hui reconnue d’utilité publique.

Loin des idées reçues qui avaient encore cours au siècle dernier, la lèpre n’est pas très contagieuse. Elle se transmet par voies respiratoires mais demande un temps prolongé d’exposition directe avec une personne atteinte pour infester quelqu’un. Comme le rappelle le docteur Bertrand Cauchoix : « La lèpre fait son lit sur la pauvreté, le manque d’hygiène, l’ignorance et la promiscuité. » 

Aujourd’hui cette maladie se guérit si elle est traitée à temps. Le médicament est gratuit pour le malade. 200 000 cas sont détectés tous les ans dans pas moins de 143 pays. Si 16 millions de malades ont été guéris lors des 20 dernières années, le fléau n’est pas éradiqué. 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a mis en place un dépistage passif de la lèpre dans les années 2000, consistant à attendre que le patient se déplace vers un centre de soins pour se faire examiner. Cette forme de dépistage n’est plus suffisante. Les populations touchées aujourd’hui sont les plus reculées. Parfois à plusieurs jours d’un centre de dépistage. C’est pourquoi la Fondation Raoul-Follereau a mis en place un dépistage actif : ce sont les médecins qui vont vers les populations reculées pour effectuer les dépistages. 

Ces opérations ont un coût important. Autant pour les difficultés d’acheminement du personnel soignant et des médicaments que pour les opérations et l’accompagnement des handicaps pour les malades les plus touchés. C’est pour cette raison que la Fondation revient, comme tous les ans, pour une opération de quête les 26, 27 et 28 janvier 2018. Plus de 15 000 bénévoles couvriront le territoire pour demander de l’aide et tenter d’éradiquer cette maladie. 

Retrouvez notre vidéo de présentation sur Youtube

Vous pouvez donner sur :

https://don.raoul-follereau.org/b/mon-don

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage