L’Église face au socialisme (II)

Publié le 25 Avr 2024
socialisme

Au nom d’un égalitarisme fictif, le socialisme encadre les esprits pour éviter toute émergence de réactions ou nouvelles doctrines.

Dans la série de ses études synthétiques sur les idéologies modernes, Carlos Sacheri aborde le socialisme (cf. L’Église face au socialisme I) et le jugement de l’Église sur cette réaction aux injustices sociales nées du libéralisme économique. Il présente ici les points communs à toutes les idéologies socialistes. Paru dans la Lettre Reconstruire n°35 (avril 2024).

 

La conception socialiste de l’homme

Le socialisme désavoue avec véhémence l’individualisme libéral en définissant l’homme comme un citoyen, c’est-à-dire comme un membre de la société. L’individu n’a aucune autonomie, aucune responsabilité, aucun droit qui ne lui soit attribué par l’État. Cette fausse image de l’homme trouve son origine dans le pessimisme socialiste, opposé à l’optimisme libéral. Alors que ce dernier conçoit l’individu comme essentiellement bon et juste, le socialisme considère l’homme comme essentiellement égoïste, irresponsable et injuste. Il doit donc réduire le plus possible le champ de sa liberté et de son initiative, car il abusera inévitablement des autres. Le seul moyen possible et efficace contre une telle tendance est d’attribuer à la société en général, ou à l’État en particulier, la pleine mesure de la responsabilité et de la décision. Il est intéressant de noter que ce pessimisme profond est associé à une théorie utopique, selon laquelle le socialiste conçoit la société future comme un espace de liberté absolue, sans dépendance ni autorité.  

La conception socialiste de l’économie

Une telle doctrine est bien résumée dans la définition d’André Philip : « Le socialisme est l’action des travailleurs pour établir, à travers leurs organisations, une gestion collective de la vie économique et une socialisation des entreprises monopolistiques, afin d’accélérer le progrès technique, d’assurer une juste répartition des produits, et d’associer les travailleurs aux responsabilités et aux décisions essentielles de la vie économique et sociale ». En se méfiant de l’individu, le socialisme transfère à la « société », entité anonyme et collective, le pouvoir de décision qui sera en fait exercé par un « soviet » ou groupe restreint, non responsable, au nom des travailleurs. En abolissant la propriété personnelle, les libertés politiques ne sont…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

La Rédaction de Reconstruire

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureDoctrine socialeLettre Reconstruire

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote
A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson projet de loi fin de vie