Aidez les chrétiens d’Alep

Publié le 15 Mar 2014
Aidez les chrétiens d’Alep L'Homme Nouveau

Le conflit qui s’éternise en Syrie continue de faire de nombreuses victimes parmi la population confrontée à la misère. Beaucoup de pères de famille ont ainsi perdu leur emploi. Le Métropolite grec-catholique d’Alep Jean-Clément Jeanbart lance aujourd’hui un appel au secours vibrant pour toutes ces familles chrétiennes sinistrées d’Alep auxquelles il faut venir en aide.

Une guerre affreuse

Je viens, cher ami lecteur, recourir à votre bonté et à votre compréhension, pour vous prier de bien vouloir faire quelque chose pour aider nos chrétiens à Alep. Je suis sûr que vous suivez sur les chaînes de télévision les péripéties de cette guerre affreuse, que nous subissons depuis bientôt trois ans et qui détruit tout sur son passage, ne laissant derrière elle que malheur et désolation à tous les citadins en général et aux chrétiens dont nous avons tous, vous et moi particulièrement, la responsabilité, en ces temps pénibles. Un grand nombre d’entre eux sont tombés dans la misère et nous font mal au cœur.

Des conséquences tragiques

Je ne peux pas vous dire, bien cher ami, combien nous souffrons des conséquences tragiques de ces affrontements ! Près de la moitié des habitants de la ville ont dû quitter leurs maisons. Les bombardements, les voitures piégées, les assassinats, les attentats, les enlèvements à mains armées et les balles des francs-tireurs fauchent à leur passage des milliers de personnes. Tout cela vous avez dû le constater en suivant les nouvelles chaque jour. Mais ce dont les médias parlent très peu, c’est la misère dans laquelle cette guerre atroce et impitoyable a mis la population innocente qui souffre beaucoup et subit avec amertume les affres de combats qui n’en finissent plus. Nous voyons nos fidèles parmi tant d’autres souffrir du manque de sécurité mais aussi du manque de tout ce qui était leurs moyens de vivre. Alep, leur ville sept fois millénaire, fierté du pays et symbole de sa prospérité, se trouve malheureusement réduite à la plus grande misère.

Sans aucun revenu

Aujourd’hui, un très grand nombre de nos fidèles sont sans revenu aucun. Ils se morfondent en voyant leurs enfants manquer de tout et se démènent, se mettent en quatre, pour trouver de quoi les nourrir. Ils n’ont ni électricité, ni gaz, ni mazout. Ils ne savent pas comment chauffer leur soupe et ils ont eu très froid en cet hiver particulièrement dur qui a vu la température descendre en dessous de zéro. Le pain manque et les denrées alimentaires ont renchéri de façon dramatique. En un mot, c’est la désolation qui atteint tout le monde et nous nous battons pour alléger leur souffrance. Nous faisons tout ce que nous pouvons, mais nos moyens restent bien modestes face à ce qui nous est demandé. Ayez la bonté de faire quelque chose pour nous aider à les secourir et ne nous laissez pas seuls face à cette tragédie qui fait le malheur d’un très grand nombre de vos frères à Alep.

Pour les familles

Il y a un an, nous avons créé une « Caisse d’urgence » à l’intention des familles qui sont restées sans aucun revenu à cause de l’arrêt du travail du papa. Vous comprenez qu’il est indispensable que nous puissions les aider et ne point les laisser se débattre dans la misère et « sans le sou ». S’il est soutenu par votre bonté et par celle d’un certain nombre de bienfaiteurs miséricordieux, le Comité pourra continuer à étendre son aide mensuelle à un grand nombre de bénéficiaires. Elles sont désormais 395 familles secourues financièrement à chaque fin de mois et elles le seront, si Dieu le veut, jusqu’à la fin de cette année ! Le Comité, s’appuyant sur votre soutien, peut aussi répondre ponctuellement à des sollicitations exceptionnelles, qui s’imposent parce que faites dans des circonstances d’urgence qui ne supportent aucun délai, étant donné la situation particulièrement difficile et critique dans laquelle vivent présentement les chrétiens de la ville.

À côté des secours dont nous venons de parler, nous avons pu lancer trois autres programmes d’aides aux familles les plus sinistrées : 1. Les bourses scolaires. 2. L’assistance médicale. 3. Les distributions mensuelles de denrées alimentaires. Quelque 1 500 familles chrétiennes d’Alep profitent de ces différents services qui les soulagent d’une façon significative. Nous espérons pouvoir continuer cette action jusqu’au rétablissement de la paix que nous attendons avec impatience.

Faire circuler cet appel

Vous pouvez, si vous le souhaitez, aider notre Comité de secours établi à cet effet en faisant circuler notre appel autour de vous et en envoyant un don à l’Œuvre d’Orient au 20, rue du Regard à 75278 Paris cedex 06, avec la mention : Pour les « Chrétiens d’Alep » (code N° 2211), tél. : 01 45 48 45 42/01 45 48 54 46 – amilcent@oeuvre-orient.fr

Avec toute ma reconnaissance et la gratitude des chrétiens d’Alep, je remercie tous ceux veulent bien nous tendre la main.

Ce contenu pourrait vous intéresser

EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi
A la uneEgliseMagistèreThéologie

Jean Madiran : lecteur critique de Gustave Thibon

Dossier « Jean Madiran et Gustave Thibon, un compagnonnage intellectuel ? » | Considéré par les lecteurs d’Itinéraires comme un collaborateur régulier de la revue, Gustave Thibon n’y donna en réalité qu’épisodiquement des articles, marquant toujours une certaine réserve par rapport au contenu. Directeur de la revue, Jean Madiran le sollicita à de nombreuses reprises mais s’éloigna de plus en plus du philosophe. Retour sur la rencontre de deux grandes figures qui évoluèrent différemment.

+

gustave thibon jean madiran