Alain de Benoist : accords et désaccords

Publié le 12 Fév 2023
alain de benoist

Alain de Benoist a une œuvre abondante d’essayiste, de bibliographe et parfois d’historien – ses livres sur Jésus sont, par leur méthodologie, inacceptables. On le découvre poète. Il a publié aussi dans le passé une année de son journal et des mémoires, sous forme d’entretiens. Cette fois, il s’agit de courtes pensées ou de réflexions plus longues, notées au fil des ans, sans qu’elles soient datées. On retrouve dans ce recueil tout à la fois les idées fixes d’Alain de Benoist, ses éclairs de lucidité, son goût des citations. On aimera, bien sûr, cette citation de Maurras : « Une virgule à sa place, c’est déjà une victoire contre le chaos. » On sera moins convaincu par cette simplification caricaturale d’Alain de Benoist : « Les Italiens sont inconstants, les Français sont pusillanimes, les Allemands sont malléables. » On peut partager le même souvenir que lui : « le deux pièces-cuisine où il [Raymond Abellio] vivait plutôt chichement » et où il recevait ses visiteurs pour de longues conversations. Quand il parle de la Bible et du christianisme, Alain de Benoist multiplie les approximations. Par exemple : « Les contes commencent toujours par la même formule : “il était une fois”. La Bible ne fait pas exception : “Jahvé une fois”. » La Bible ne commence ni par « Jahvé » ni par « une fois ». Le texte hébreu dit : Bereshit bara Elohim et hashamayim veet haaretz (Gen. 1, 1), ce qui est traduit traditionnellement par « Au commencement Dieu [Elohim] créa le ciel et la terre. » Ailleurs, Alain de Benoist affirme : « la mort du catholicisme commence avec la Contre-Réforme […] elle a tué la religion populaire ». Non, le concile de Trente n’a pas « tué la religion populaire » ; il lui a, si l’on veut, donné une légitimité doctrinale. Contre l’iconoclasme protestant, il a défendu le culte des saints, encouragé les dévotions eucharistiques, sans parler des pèlerinages qui ont connu leur plus grand essor aux XIXe et XXe siècles. On apprécie qu’Alain de Benoist renie le « réductionnisme », les « idéologies biologisantes » dans lesquelles il a pu verser jadis. On doit louer sa lucidité : « j’ai voulu créer une école. Je n’y suis guère parvenu ». En effet, il a eu et il a des lecteurs, des admirateurs, mais pas de disciples, au sens où Socrate, saint Thomas d’Aquin ou Maurras en ont eu ; le vrai disciple n’étant ni un imitateur, ni un répétiteur. On relèvera encore cette juste remarque : « On taxe aujourd’hui d’antisémitisme ceux qui pensent que les Juifs exercent une influence…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

Augusto del Noce, un penseur pour notre temps

Culture | "Analyse de la déraison", qui vient de paraître en français, permettra-t-il enfin à Augusto Del Noce (1910-1989) d’être reconnu chez nous, comme il l’est en Italie ? Que le lecteur potentiel ne soit pas rebuté par la longueur de cet ouvrage. Il en sera récompensé en découvrant un des penseurs les plus originaux de ce temps.

+

del noce
ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneCulture

L’exposition : Des samouraïs aux mangas. L’épopée chrétienne au Japon

Les Missions étrangères de Paris proposent jusqu'en juillet une rétrospective de l'évangélisation du Japon depuis le XVIe siècle jusqu'à aujourd'hui. L’histoire de cette « épopée » est présentée de façon chronologique. Soulignant les aspects contrastés de cette évangélisation, le parcours montre dans ces premiers siècles des périodes d’« expansion rapide aux effets bénéfiques » auxquelles succèdent de terribles répressions.

+

japon