Benoît XVI, joie de Dieu… et du Barroux

Publié le 11 Jan 2023
joie

De Rome au Barroux Le 23 septembre 1995, le cardinal Joseph Ratzinger, préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, se rendit en Provence pour visiter les moines et les moniales du Barroux. Chez nous, à Notre-Dame de l’Annonciation, il chanta une messe pontificale, parcourut le chantier du monastère (deux ailes seulement étaient bâties) et rencontra la communauté. Nous n’avons jamais oublié son intérêt bienveillant, son sourire exquis et la simplicité qui émanait de lui. « Il s’en faut de beaucoup et même de tout que la véritable grandeur empêche de se rendre proche des autres », concluait alors Mère Élisabeth, notre fondatrice. Grand et humble En août 2000, nous avons eu la chance de recevoir de proches collaborateurs du Cardinal : son secrétaire particulier, Mgr Josef Clemens, et Mgr Georg Gänswein, futur secrétaire du pape Benoît XVI. Tous deux nous ont dit qu’œuvrer avec le cardinal Ratzinger était une immense grâce : le cardinal travaillait énormément, mais sans fièvre, un dossier après l’autre ; toujours calme, même au cœur des pires difficultés, il demeurait constamment attentif à ses collaborateurs. En sa personne, Benoît XVI alliait l’un des esprits les plus éclairés de notre temps, artiste, d’une culture prodigieuse, à un cœur profondément humble, doux et bon. Alors que les hommes géniaux gâchent souvent leurs talents par la suffisance, ce grand esprit si perspicace est resté un enfant joyeux et confiant. Il fut de ces âmes magnifiques que tout le monde n’a pas la chance de rencontrer au cours de son pèlerinage terrestre. Comment ne pas penser qu’en élevant Joseph Ratzinger au souverain pontificat, Dieu a voulu mettre cette lumière sur le chandelier, afin que toute son Église en resplendisse ? Lampe sur le chandelier Ce que l’Église catholique doit à Benoît XVI, d’autres l’exposeront mieux que nous. Dans le seul domaine de la sainte liturgie, qui dira ce qu’a fait ce pape pour raviver la dignité du culte et développer le sens liturgique des ministres et des fidèles ? Notre certitude, c’est que son pontificat rayonnera longtemps, très longtemps si toutefois nous continuons, vous et nous, de nous pencher sur ses enseignements si riches, honnêtes, exempts d’idéologie. Dès ses origines, l’Église du Christ a compté des saints et des traîtres. À l’heure où sont publiés les péchés abominables de certains clercs, il est bon de ne pas l’oublier. Mais quand bien même l’Église catholique n’aurait façonné que…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Mère Placide, Mère abbesse de Notre-Dame de l’Annonciation du Barroux

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
A la uneEglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles
EgliseBioéthiqueSpiritualité

GPA et filiation (4/4) : La filiation dans la Bible, reflet de la filiation divine

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (4/4) | Alors que la société actuelle a perdu ses racines et que les familles sont éclatées, la filiation telle que décrite dans la Bible est vidée de son sens. Dans l’Antiquité, la personne existe par son lien avec la famille, y compris les ancêtres. La dimension de filiation se dessine et se maintient alors par l’éducation et le respect. Elle préfigure la relation entre le Père et le Fils, et entre Dieu et les hommes.

+

gpa filiation