Démocratie et liberté ou le pouvoir de choisir en toute conscience

Publié le 10 Déc 2023
démocratie

Alexis de Tocqueville a évoqué le danger de la « tyrannie de la majorité ».

Par les temps qui courent, il semble que le vrai clivage du monde se situe moins dans une orientation est-ouest géographique de la planète que sur une ligne invisible entre la matière et l’esprit. Ce serait une banalité de penser cela si notre comportement humain n’était pas toujours à la recherche d’utopie. Aujourd’hui, pour matérialiser la faille qui traverse les esprits, les idéologies de la démocratie et de l’autocratie ont construit des édifices mentaux qui nous enferment dans la promesse d’un monde meilleur, en deçà de la réalité et de la nature humaine. La dictature gouverne par la contrainte et paraît justifiable à certains, tandis que la démocratie, trop généreuse, devient absurde quand la vérité dépend du plus grand nombre de voix. Alexis de Tocqueville, dans son ouvrage sur l’Amérique, parlait du danger que représentait la « tyrannie de la majorité », si bien connue de nos jours. Cependant, contrairement à tous les systèmes autocratiques conçus par l’homme, seule la démocratie respecte, malgré tout, la liberté de choisir entre le bien et le mal, à la condition que nous soyons conscients de ces options. En un mot, sans éducation, la démocratie mène à des impasses. Sur quels principes faudrait-il bâtir un système éducatif de la liberté plutôt que sur la coutume ou la tradition ? La réponse vient de notre conscience. Le libre choix de chacun fait de nous des êtres humains, non des esclaves. Les lieux de cet enseignement se trouvent partout – dans la famille, à l’école, dans la rue et dans les médias. Assortis de sondages variés, la presse et les moyens de communication expriment une majorité d’opinion qui ne nous apprend pas forcément la vérité. Les éducateurs doivent léguer aux générations futures le discernement nécessaire pour la transmettre. Il ne s’agit pas d’une idée mécanique ou d’une réforme de plus dans nos institutions existantes, mais de rouvrir les pages du passé, du présent et de l’avenir, comme le fait le Christ qui nous montre la voie, la vérité et la vie. Les écologistes se contentent de revenir à la nature visible ; mais les chrétiens ont une longueur d’avance sur eux en revenant au récit surnaturel de la Genèse, avec ou sans métaphores. À la lecture du texte biblique, on voit clairement comment le péché a créé le…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Judith Cabaud

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesPhilosophie

Nietzsche : Généalogie historique ou continuités illusoires ?

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 4 | L’une des thèses principales du philosophe allemand prétend établir des filiations historiques et morales entre Rome, la Renaissance et Napoléon, la Judée, la Réforme et la Révolution française. Interprétation simplistes, ces continuités ne résistent pas à l’examen. Quatrième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.

+

Friederich Nietzsche
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (2)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 3 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.Faisant un mauvais procès au christianisme, Nietzsche l’accuse d’être une religion de failles, accusation démontée par la vie même du Christ, celle de saint Paul et celle que mènent les moines. Troisième volet de notre présentation de la philosophie nitzschéenne (article 1 et article 2 à retrouver sur notre site).

+

Friederich Nietzsche
EgliseDoctrine socialeLettre Reconstruire

Quadragesimo anno et les corps intermédiaires (I)

Reconstruire n°36 | Après une longue digression sur le principe de subsidiarité (Reconstruire, du n° 29 au n° 35) nous reprenons notre analyse de l’encyclique sociale du pape Pie XI, Quadragesimo anno (15 mai 1931). Après avoir énoncé la définition « scientifique » du principe de subsidiarité, le Souverain Pontife aborde la question des corps intermédiaires.

+

quadragesimo anno corps intermédiaires
EgliseDoctrine socialeLettre Reconstruire

Une Église révolutionnaire ? (I)

Reconstruire n°36 | Après avoir rappelé les fondements de la doctrine sociale de l’Église et après avoir souligné la position de l’Église face aux différentes idéologies, Carlos Sacheri s’interroge sur le concept d’Église révolutionnaire. Ce texte est daté et tient aussi beaucoup aux circonstances, et notamment au fait que l’auteur, Argentin, est directement confronté à l’émergence de la théologie de la libération que Jean-Paul II et le cardinal Ratzinger combattront directement. La permanence, voire la revitalisation d’un tel esprit dans l’Église actuelle, à défaut de prendre les mêmes contours concrets, nous ont conduits à proposer ce texte aux lecteurs de Reconstruire.

+

Camilo Torres con Estudiantes révolution
CultureDoctrine socialeLettre ReconstruirePhilosophie

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote
ChroniquesSociétéPhilosophie

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas