Cléricalisme

Publié le 29 Sep 2018
Cléricalisme L'Homme Nouveau

Entrant récemment dans cette grosse paroisse parisienne, je parcours la feuille du dimanche intitulée « Diagnostic » (au sujet, bien entendu, de prêtres pédophiles), et je me dis que pour établir pareil diagnostic je ne m’adresserai jamais à ce médecin-là, bien que je sois catholique de vieille souche. Je m’explique.

On a donc voulu, le Pape François repris ici par le clergé, évoquer à nouveau l’affaire (dramatique, scandaleuse, il est vrai) du cardinal de Washington et de 300 prêtres aux USA (Pennsylvanie). Alors redisons-le pour la centième ou la millième fois, comme le fait régulièrement la presse, la télévision : oui, il y a là d’effroyables fautes et des prêtres indignes, oui, l’Église a eu tort de cacher ces scandales et de se contenter d’éloigner les coupables, solution inopérante. Mais aussi : oui, l’Église aujourd’hui a le grand tort de revenir sans cesse sur le sujet, de parler comme la télévision finalement, de se tirer une balle dans le pied. Oui, il fallait dire il y a eu des criminels chez nous, nous l’avouons et demandons pardon, mais ajouter et maintenant, no comment !

On n’est pas tout le temps témoin à charge contre ses frères, même coupables, on ne doit pas être tout le temps procureur mais essayer d’être un peu avocat. Il y a aussi une notion que la loi laïque impose avec raison mais que l’Église ignore : la prescription, alors que l’on évoque des faits qui ont parfois plus de trente ans ! et presque toutes les victimes sont aujourd’hui décédées.

Mais voici le plus extravagant : où sont le sens critique, le discernement quand on voit les raisons de la pédophilie dans… le cléricalisme ! Ça n’a rien à voir. Il y avait des pédophiles avant l’Église et on ne voit guère comment se manifeste aujourd’hui le cléricalisme puisqu’il y a de moins en moins de clercs (la paroisse en question a 18 prêtres habitués ou permanents, 3 sont Français et âgés, les 15 autres Africains ou Asiatiques !). Le cléricalisme arrogant façon congrégation (Louis XVIII, Charles X) a été insupportable mais entendre aujourd’hui un pape et des prêtres crier à la suite de Gambetta en 1877 « Le cléricalisme, voilà l’ennemi ! » a vraiment de quoi surprendre et c’est aussi mépriser tous ceux qui sont fidèles et droits.

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | L’essentiel, c’est l’affichage

En deux minutes devant la machine à café de l’entreprise, j’ai compté quarante-deux affichettes sur le palier où je déambulais. Près de trois mètres carrés occupés par des avis en tout genre, obligations, interdictions, sensibilisations et autres annonces syndicales. Autant le papier peint nécessite un rafraichissement, autant ce patchwork informatif en camaï...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | L’essentiel