Constitutionnalisation de l’avortement : le mensonge de l’accommodement raisonnable

Publié le 06 Déc 2022
avortement

Entré dans les mœurs, facilité par tous les moyens, l’avortement légal serait « en danger »… Menace agitée au point que l’on assiste à la tentative de l’inscrire dans le marbre de la Constitution. De très rares voix s’y opposent à l’Assemblée et certains prétendent y voir un « moindre mal » au sens moral du terme.

 

Le 7 octobre dernier, alors que l’Assemblée nationale se penchait sur une nouvelle modification des lois dites « bioéthiques », Mathilde Panot, député LFI, présentait une proposition de loi visant à faire inscrire dans la Constitution de la Ve République, et ainsi consacrer « le caractère fondamental du droit à l’avortement ». Ce dernier, selon le député, serait, d’une part, mal protégé, et, d’autre part, mis en danger par les récentes « régressions » législatives intervenues dans divers pays – États-Unis, Hongrie, Pologne, etc. – tendant à en limiter drastiquement l’accès.

Discuté et amendé, le texte a finalement été voté à une large majorité (1) par la chambre basse du Parlement. Il prévoit ainsi d’introduire dans la Constitution un article 66-2 ainsi libellé : « La loi garantit l’effectivité et l’égal accès au droit à l’interruption volontaire de grossesse. » Pour les parlementaires, il s’agit de consacrer à la fois le caractère fondamental de ce « droit », mais aussi un principe de non-régression, qui conduirait à l’inconstitutionnalité de toute future atteinte (2).

Quelques voix, modestes, se sont élevées contre l’idée que le « droit à l’avortement », – la possibilité d’éliminer un enfant à naître avec un minimum de contraintes juridiques ou pratiques, et ce, jusqu’au terme de la grossesse – existât, ou soit menacé en France. Parmi ces voix, quelques-unes ont soulevé le fait que tout avortement, selon le mot même de Simone Veil alors qu’elle proposait sa loi, était « toujours un drame, et cela restera[it] toujours un drame » (3), et que constitutionnaliser le « droit à l’avortement », d’une part ne répondait pas à l’objectif du législateur « initial », qui n’envisageait le recours à cet acte homicide que de manière exceptionnelle, et, d’autre part, que les diverses modifications de la loi de 1974 intervenues depuis – remboursement de l’acte, réduction ou suppression du délai de réflexion,…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Chanoine Merly +

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneTribune libre

Nietzsche : du biologisme par l’amoralisme à la subversion de la notion de vérité

IDÉES par Jean-Marie VERNIER, professeur agrégé de philosophie | Depuis quelques décennies, devant la décadence, voire l’effondrement progressif des sociétés occidentales et, notamment, de la France, certains courants de pensée prétendant faire école vont chercher chez Nietzsche les principes de leur analyse et en appellent à ces mêmes principes pour sortir de la crise de civilisation. Premier volet de notre présentation de la philosophie nietzchienne.

+

nietzsche
A la uneTribune libre

De la nouvelle traduction du Pater

Tribune Libre | La mauvaise traduction du Notre Père dans la messe de Paul VI en français a fait en 2013 l’objet d’une juste rectification, entrée en vigueur en 2017. L’occasion pour les fidèles traditionalistes, restés attachés à l’ancienne formule, de faire un pas vers les autres catholiques en adoptant la nouvelle traduction, encore plus exacte.

+

pater
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement