50 ans de résistance à l’avortement (2/3) : La Marche pour la vie a-t-elle encore un sens ?

Publié le 03 Avr 2024
marche pour la vie
Les effets peu évidents du combat de la « Marche pour la Vie » condamnent-ils cette forme de résistance à l’avortement ? Jean-Pierre Maugendre, vice-président de la manifestation, analyse les raisons de cette inefficacité apparente et rappelle les trois piliers de l’action de l’association : témoigner, transmettre, réparer.

Depuis 1975 et la loi Veil dépénalisant l’avortement, les défenseurs de la vie humaine innocente sont allés de déroutes en débâcles, le point d’orgue étant constitué par la constitutionnalisation de l’avortement dans un vote quasiment plébiscitaire du Congrès (780 voix pour, 72 contre) le 4 mars dernier. De nouveaux développements suivront inéluctablement : remise en cause de la clause de conscience des médecins, allongement du délai légal d’avortement jusqu’à la naissance, etc. Tout cela est écrit, nonobstant les déclarations rassurantes qui n’engagent que ceux qui veulent bien y croire, les principes déployant inéluctablement leurs conséquences ultimes.

Quels moyens ?

Il n’est donc pas illégitime, au vu de cette situation, de s’interroger sur la pertinence des moyens employés par les uns et les autres pour résister à la « culture de mort » dénoncée par le pape Jean-Paul II. Le bimensuel L’Homme nouveau (n° 1803) apporte sa pierre à l’édifice dans un article signé Thomas Lassernat, sous le titre « “Les Survivants” lutter sans renforcer le système ? » Au-delà de la mise en question des méthodes d’action des « Survivants » qui visent à « réveiller les consciences » par des actions très médiatisées, l’auteur se livre à des réflexions plus larges à propos du combat pour la Vie en général et de la « Marche pour la Vie » en particulier.

Le constat de fond de Thomas Lassernat a le mérite de la clarté et rallierait sans doute l’acquiescement de nombreuses personnes : « La cause première de l’IVG c’est le Système lui-même. Un Système oligarchique et mondialiste coercitif, basé sur une échelle de valeurs autoproclamées, aux mains d’apostats idéologues et individualistes. » Certes ! Et donc il convient de : « se mettre réellement au travail pour changer ce système par le haut en prenant réellement part à la politique ». Nous n’en saurons malheureusement pas plus sur les moyens de « changer ce Système par le haut ».

Ceci posé, notre auteur dénonce « le militantisme de rue » qui « revient à accepter et participerau Système (…) le nourrir» pour déboucher sur des événements en coma avancé : « la Marche pour la Vie ne déplace plus…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Jean-Pierre Maugendre

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage