De Fribourg à Rome avec Philippe Chenaux

Publié le 02 Juin 2024
Philippe Chenaux, professeur émérite d’histoire de l’Église à l’université pontificale du Latran

Philippe Chenaux est professeur émérite à l’université pontificale du Latran. © calu777, CC BY 2.0

Dans Un parcours d’historien. Des falaises de la Sarine aux bords du Tibre, Philippe Chenaux, professeur émérite d’histoire de l’Église à l’université pontificale du Latran, propose un retour sur ses travaux et ses rencontres d’historiens. 

  Philippe Chenaux, professeur émérite d’histoire de l’Église à l’université pontificale du Latran, revient sur son « parcours d’historien ». Il le fait de manière originale dans un livre en trois parties. D’abord par une « esquisse d’autobiographie intellectuelle » où il n’évite pas, parfois, l’autosatisfaction quand il évoque ce qu’il appelle sa « production d’historien ». Puis il publie des lettres du père Emonet, dominicain, disciple de Jacques Maritain et de l’abbé Charles Journet, qui fut son professeur de philosophie à Fribourg et avec lequel il est resté lié jusqu’à sa mort. Enfin, il propose une réédition, revue et mise à jour, de quatre études sur des figures du catholicisme en Suisse et il reproduit un entretien avec le cardinal Cottier paru en 2012 dans une revue italienne. Cette troisième partie est peut-être la plus intéressante. On y trouve, entre autres, une réhabilitation du cardinal Mermillod (1824-1892), à l’encontre des images caricaturales qui se sont répandues de son vivant. Évêque auxiliaire de Genève puis évêque de Fribourg, Mermillod fut antilibéral, ultramontain, défenseur de l’infaillibilité pontificale, et aussi un très actif promoteur de la doctrine sociale de l’Église. Philippe Chenaux écrit : « vérité, liberté, beauté, telles sont les grandes valeurs […] qui régissent ma vision du monde et sur lesquelles s’est construit mon parcours d’historien » (p. 116). De façon plus concrète il dit, page 93, se retrouver « pleinement dans l’orientation libérale, pro-européenne et antitotalitaire de la revue Commentaire », fondée en 1976 dans le sillage du philosophe et commentateur politique Raymond Aron. L’entretien sur le concile Vatican II avec le dominicain Georges Cottier contient des informations précieuses. Théologien privé de Mgr de Provenchères au Concile, puis peritus (expert) auprès du cardinal Journet lors de la IVe session, le père Cottier fut nommé Maître du Sacré Palais par Jean-Paul II en 1989, c’est-à-dire théologien du pape« le correcteur des documents du Pape », disait-il modestement. Il sera créé cardinal par Benoît XVI en 2003.  On relèvera encore ce jugement dépassionné de Philipe Chenaux sur le pontificat du pape François : « Avec François, une nouvelle époque de l’histoire de la papauté s’ouvrait : le pasteur du peuple avait pris la place du docteur de la foi. Aussi paradoxal que cela puisse…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéLectures

La merveilleuse histoire de La Petite Veilleuse de Jésus

Recension jeunesse | Dans cette page culture, nous vous proposons des livres pour les enfants, notamment la merveilleuse histoire de La Petite Veilleuse de Jésus, racontée par Marija Krebeljainsi et illustrée par Clémence d’Ogny, ainsi que des boites de cartes pour se familiariser avec l'Écriture sainte. Paru dans le n° 1810.

+

enfant histoires
Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles