Élections européennes et nationalismes européens

Publié le 17 Mai 2024
élections européennes

Le Parlement européen va-t-il changer de visage le 9 juin prochain ? © CC BY-SA 3.0, David Iliff

Le 9 juin prochain auront lieu les élections européennes, alors que les nationalismes semblent monter dans les sondages partout en Europe. 

  Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Il faut d’abord tailler en pièces un slogan clamé par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle de 2022 : « le nationalisme c’est la guerre ». Ces mots sont démentis par les faits : le président de la République est plus porteur de l’idée de guerre que n’importe qui en France en ayant suggéré la possibilité d’envoyer des troupes françaises au sol en Ukraine. Au passage, une idée repoussée avec sagesse par le président Volodymir Zelensky. Il faut aussi dire l’opposition faite entre nationalisme et patriotisme ne tenant pas. C’est un jeu de mots, nationalisme et patriotisme signifiant la même chose. On aime son pays, jusqu’à risquer sa vie pour le défendre, ou on ne l’aime pas. Point. La seule différence à établir est entre nationalisme et ultra-nationalisme, le second, en situation de force, pouvant engendrer une volonté de conquête aux dépens des autres pays. Grâce à Dieu, un tel discours n’apparaît pas chez les partis nationalistes français. Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations. De façon révélatrice, François-Xavier Bellamy, tête de liste des Républicains, va jusqu’à dire : « Il faut reconstruire une Europe qui donne à nos démocraties les moyens de maîtriser leur destin. » De manière symptomatique, la droite héritière du RPR adopte une ligne plus proche des nationalistes parce que plus en adéquation avec les demandes de la majorité des Français. De leur côté, les partis nationalistes ne remettent plus en question l’existence de l’Union. À gauche, au contraire, on rame à contre-courant. Raphaël Glucksmann, pour ce qui reste des socialistes, se veut comme la tête de la liste la plus « europhile ». Il souhaite une Europe assimilatrice, l’Europe rouleau-compresseur des cultures nationales, l’Europe qui plie sous les normes.…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneInternational

L’Iran : un preneur d’otages non déclaré

Le jeudi 13 juin, le Français Louis Arnaud était libéré des prisons iraniennes et rentrait en France. Son nom ne dit pas grand-chose au public. Touriste de passage en terre perse, il était pourtant détenu depuis deux ans par le régime iranien, arrêté avec des compagnons de voyage européens sous le prétexte qu’ils auraient participé à des manifestations de l’opposition locale.

+

iran otage
A la uneSociété

Un avenir politique voilé de dangereuses incertitudes

Décryptage | Le résultat des élections européennes et la dissolution surprise de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron ouvrent la perspective de scénarios politiques inquiétants dans un contexte déjà très tendu : élection présidentielle anticipée, chaos social, graves difficultés financières, promesse d’émeutes, pays ingouvernable ? Un tableau sombre auquel ne manque pas la possibilité de retournements imprévisibles.

+

politique émeutes
International

L’Afrique du Sud entre passion et raison

Les élections générales en Afrique du Sud avaient lieu fin mai. L'African National Congress, parti historique de Nelson Mandela et au pouvoir depuis 1994, reste premier, mais avec seulement 40 % des voix. Le deuxième parti est dirigé par un Blanc, et le troisième par Jacob Zuma, ancien président du pays.

+

Afrique du Sud
International

Le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile

Décryptage | Le 10 avril, le Parlement européen adoptait un nouveau règlement pour gérer l’immigration : « le Pacte sur la migration et l’asile » dans l’Union européenne. Le 14 mai, les chefs d’État de l’Union le validaient en grande pompe. Sans être complètement mauvais, on peut douter que le pacte suffise à gérer la pression démographique exercée sur l’Union européenne. Simplement parce qu’il ne comble pas, ou mal, les failles du dispositif législatif en vigueur. Néanmoins, la vraie nouveauté est l’installation d’un système de filtrage aux frontières extérieures de l’Europe, y compris dans les aéroports.

+

Hongrie migration