Parlement européen : la GPA considérée comme une traite d’êtres humains ?

Publié le 19 Oct 2023
gpa Bellamy Union européenne amendement

Des militants de La Manif Pour Tous devant le Conseil d'Etat le 12 décembre 2014 à Paris. © Photo Francois Guillot. AFP

 Jeudi 5 octobre 2023, un amendement plaçant la gestation pour autrui (GPA) au rang des pratiques de traite d’êtres humains a été voté au Parlement européen.

 

François-Xavier Bellamy, député européen Les Républicains et dépositaire de ce texte annonçait la nouvelle sur X, ce même jour : « Il était pour moi fondamental d’harmoniser le droit dans nos pays. À ma grande joie, les deux commissions qui se sont réunies ont voté en faveur de cet amendement. La GPA est donc incluse par le Parlement européen comme cas de traite d’être humain dans un texte réglementaire qui a valeur législative ». 

Capture decran 2023 10 18 a 14.40.45 gpa

5 octobre 2023

Dans certains pays de l’Union européenne, tels que les Pays-Bas, la GPA est autorisée. En France, elle est encore interdite, même si certains ministres commencent à s’y montrer favorables. Mais la plupart des pays européens n’ont pas de législation sur le sujet. « Dans certains cas, le silence de la loi fait que la pratique peut être d’une certaine façon acceptée sans pour autant avoir été légalisée », affirme François-Xavier Bellamy.

Selon lui, « la gestation pour autrui fait de la vie d’un enfant l’objet d’un contrat marchand, d’un échange d’un commercial, en ce sens, il me semble que la gestation pour autrui fait partie de la traite d’êtres humains ». Reconnue comme telle, la GPA ne pourrait alors plus être autorisée dans tout le territoire de l’Union européenne.  

Ainsi, dans un communiqué de presse sur le site du Parlement européen, les commissions LIBE (commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures) et FEMM (commission des droits des femmes et de l’égalité des genres), chargées de la révision d’une directive sur les cas de traite d’êtres humains, ont annoncé ce jeudi 5 octobre que « les députés souhaitent inclure dans le champ d’application de la loi la gestation pour autrui à des fins d’exploitation reproductive et l’exploitation d’enfants dans des institutions résidentielles ». 

Dans ce même communiqué, ces deux commissions affirmaient ainsi que « Le projet de position du Parlement sur la révision de la réglementation a été adopté jeudi par 69 voix pour, aucune contre, et 22 abstentions ». Dans ce projet est inclus l’amendement déposé par François-Xavier Bellamy, voté par les commissions par 58 voix pour, 28 voix contre et 5 absentions, selon les informations du cabinet du député Les Républicains.  

Cependant, avant de pouvoir être appliqué, ce texte doit de nouveau être validé durant des négociations interinstitutionnelles, les trilogues, réunissant les rapporteurs du texte, les représentants des gouvernements et les représentants des commissions chargées de la réforme de ce texte. C’est au cours de ce rendez-vous que la forme finale de cette directive sera validée pour être promulguée dans tous les états.

François-Xavier Bellamy, dans sa vidéo du 5 octobre, affirme : «  je sais pouvoir compter sur les rapporteurs de ce texte qui ont soutenu ma position. Je compte sur la présidence du conseil, assumée par l’Espagne, résolument engagée contre la GPA. J’espère que ce gouvernement soutiendra cette ligne ». Une fois le texte validé, et si la GPA est maintenue comme cas de traites des êtres humains, les états membres de l’Union européenne devront ainsi modifier leur législation, et interdire cette pratique, selon les directives annoncées par le Parlement européen. 

 

>> à lire également : André de Muralt : hommage au philosophe suisse 

Aymeric Rabany

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson gpa
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle