Euthanasie, une mobilisation inédite de la Fondation Jérôme Lejeune

Publié le 11 Jan 2023

Le débat sur la légalisation de l’euthanasie ou du suicide assisté s’est ouvert en France. L’année 2023 est déjà marquée par un courant de pensée mortifère qui gagne l’opinion. Alors que le calendrier politique s’accélère, la Fondation Jérôme Lejeune se mobilise pour sensibiliser, former et informer sur la violence de la mort administrée.   C’est en Septembre 2022 que le président de la République a choisi d’ouvrir le débat en utilisant le registre de l’affectif. La remise de la légion d’honneur à Line Renaud, militante de l’ADMD a été l’occasion pour lui de promettre: « Votre combat pour le droit de mourir dans la dignité vous ressemble et nous oblige. […] c’est le moment de faire, alors nous ferons. » L’objectif était clair : toucher le cœur des français. L’ouverture officielle du débat, a eu lieu quelques jours plus tard avec l’annonce d’une convention citoyenne entre le 9 décembre 2022 et mars 2023. Emmanuel Macron utilise alors la carte de la démocratie participative: 185 citoyens ont été tirés au sort et participent à 9 sessions de « formation » au CESE pour pouvoir répondre à la question suivante : « Le cadre de l’accompagnement de la fin de vie est-il adapté aux différentes situations rencontrées ou d’éventuels changements devraient-ils être introduits ? ». Dans le même temps le CCNE rendait son avis n°139. Pour la première fois, il s’est dit favorable à la légalisation de l’aide active à mourir pour les personnes conscientes et consentantes, atteintes d’une maladie incurable, provoquant des souffrances réfractaires, et dont le pronostic vital est engagé à moyen terme (c’est-à-dire entre 6 mois et un an) (1).      Emmanuel Macron a aussi pris le soin d’impliquer le Parlement en s’appuyant sur des députés militants pour faire évaluer la loi actuelle. C’est Olivier Falorni (Modem) qui préside la mission d’évaluation de la loi Claeys Leonetti de 2016, entouré de Caroline Fiat (LFI) et Didier Martin (Renaissance) co-rapporteurs. Tous trois sont promoteurs de l’euthanasie et s’étaient battus pour sa légalisation au printemps 2021 (2).   Enfin, le gouvernement sollicite aussi des experts pour « réfléchir…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Lucie Pacherie, juriste de la fondation Jérôme Lejeune

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (3/3)

3 - La démarche synodale comme processus du changement. | C’est bien toute la démarche synodale sur la synodalité qui, par son processus lui-même, est une machine à mettre en œuvre une Église plastique, compatible avec la modernité, c’est-à-dire sans contenu. Et cette démarche synodale trouve sa source, puise son inspiration et sa légitimité dans le concile Vatican II. Quelle lecture faire du Maître de la terre ? Ratzigérienne, bergoglienne ? Au lecteur de se faire une opinion, mais il faut lire Benson. 

+

synode évangélisation église
EgliseTribune libre

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (2/3)

Une volonté farouche de changer de paradigme (2/3) | Tout d’abord, et en amont de l’élection, la volonté farouche de changement de ceux qui ont préparé le règne. En 2007 paraissait un livre très éclairant et remarquablement conçu dans la plus pure tradition de la manipulation de l’opinion. La thèse de ce livre-programme qui devait se révéler prophétique peut se résumer ainsi : l’Église, depuis Constantin et avec pertinacité, s’est éloignée du message évangélique. Ce phénomène s’accentue à partir de la Renaissance quand l’Église s’entête de plus en plus en s’opposant à la modernité. Constatant au XXe siècle que des génocides ont été perpétrés dans des pays chrétiens (Allemagne, Rwanda), il faut en tirer la conclusion que cette manière ancienne d’être chrétien était fausse et qu’il faut refuser les préoccupations dérisoires que sont la connaissance de la foi, le nombre d’entrées au séminaire ou de sacrements célébrés, car tout cela détourne de l’essentiel qui consiste à apporter davantage d’humanité.

+

pape François synode
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (1/3)

Nous nous interrogions en 2019 (1) sur le regard porté par Benoît XVI et François sur ce roman d’anticipation de tout premier rang qu’est Le Maître de la Terre de Benson. Plus personne (plus personne de sain d’esprit en tous cas) ne prétend à présent à la continuité entre les deux pontificats. Leurs ambitions, leurs idées, leurs spiritualités, leurs tempéraments que tout oppose trouveraient dans ce livre un point commun ? Non, décidément nous ne parvenons pas à comprendre. Si les deux pontifes ont recommandé ce livre puissant, les motifs en sont forcément différents. 

+

François maitre de la terre Benson