Faire durer son mariage, un état d’esprit

Publié le 28 Mar 2024
mariage

Le mariage est un chemin de progression et de restauration des personnalités.

Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre *. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté. Entretien.

 

De nombreux sondages et études montrent que non seulement les Français ne se marient plus, mais qu’ils sont également de moins en moins « en couple ». Les Français ne croient-ils plus à l’amour durable ? Quelles sont les causes de cette explosion du célibat, alors même que la psychologie conjugale se développe ? 

Les causes sont multiples mais concordantes : déstructuration du mariage par le politique, échec conjugal des parents, prédominance de l’individualisme et de l’hédonisme, intolérance à la contrariété, peur de s’engager, si bien que le mariage n’est plus considéré comme primordial mais comme un accessoire interchangeable, voire une loterie. Simultanément, des rêves et des mythes perdurent sur l’amour qui, par conséquent, déçoit.  Cependant, l’amour durable est constitutif de l’humain. Les progrès récents de la psychologie dans la structuration du couple ou en remède à ses dysfonctionnements sont méconnus. C’est un étonnant paradoxe actuel de moins croire au couple alors que les processus qui le rendent durables sont de mieux en mieux compris.   

Votre livre L’Amour durable veut précisément remettre les choses à l’endroit et montrer qu’il est possible d’aimer une seule personne toute sa vie, à condition d’instaurer un état d’esprit propice et d’adopter des techniques pour surmonter les difficultés. De quel état d’esprit parlez-vous pour s’engager dans l’aventure du mariage ? 

Ce livre veut répondre au paradoxe de votre première question en montrant les voies de succès d’un amour durable. La première condition est celle d’un état d’esprit commun aux deux conjoints. Un sportif se met dans un état d’esprit adapté à sa compétition, l’aventure conjugale le nécessite aussi. Cet état d’esprit s’enrichit par la progression dans l’amour. Il permet de se positionner dans ce jeu subtil entre l’affirmation de soi et la prise en compte de l’autre. Il nécessite une vision réaliste de l’amour et de ses objectifs, en le distinguant de l’état amoureux, qui y intervient. Il rend harmonieux l’épanouissement et la progression au plan individuel, conjugal et familial ; simultanément, il considère l’adaptation permanente des équilibres à une situation par nature changeante. Il accroît notre liberté…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Marguerite Aubry

Marguerite Aubry

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureEglise de France

Mgr Chappoulie, évêque d’Angers

Carte blanche d'Yves Chiron | La nouvelle biographie Mgr Chappoulie, de Vichy à l’épiscopat d’Angers écrite par l'abbé Serge-Daniel Ekani est parue fin 2023 aux éditions de L'Harmattan. Elle décrit la vie de celui qui fut le lien entre l'Église et l'État français entre 1940 et 1944, et qui œuvra longtemps dans les organismes missionnaires.

+

Mgr Chappoulie
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie