Fidèle au don reçu

Publié le 07 Jan 2023
fidèle

Ma première année de séminaire a été d’une intensité peu commune : en l’espace de quelques mois, je suis témoin de l’agonie du grand Jean-Paul II, puis de ses obsèques si bouleversantes sur la place Saint-Pierre, présidées par celui que je connaissais encore bien peu et qui parvint en quelques minutes à offrir au monde l’essentiel de ce que fut son prédécesseur, en méditant sur l’appel de Jésus à son disciple Pierre : « Viens et suis-moi ». Quelques jours plus tard, cet homme humble et discret devenu pape apparaît radieux sur la place Saint-Pierre et une fois encore se glisse tel un disciple dans le sillage de son prédécesseur, en reprenant son invitation : « N’ayez pas peur, ouvrez les portes au Christ ». Il y ajoute cette formule qui s’inscrit profondément dans mon esprit car elle correspond parfaitement à ce que je vis : « Le Christ n’enlève rien, il donne tout ». Très vite, les Journées mondiales de la Jeunesse à Cologne lui donnent l’occasion de se présenter au monde et particulièrement aux jeunes, qu’il parvient à toucher profondément malgré la comparaison constante avec son prédécesseur si charismatique. Ses catéchèses, son sourire, sa fragilité, son recueillement font sentir aux milliers de jeunes dont je fais partie que le Pape les aime et les prend au sérieux. Puis, quelques mois plus tard, lors de la parution de sa première encyclique Deus caritas est, je découvre avec un émerveillement toujours plus grand que ses propos parlent de moi, décrivent mon expérience avec des mots que je n’aurais su trouver : « À l’origine du fait d’être chrétien, il n’y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive. » Je sens à ce moment qu’une sorte d’alliance s’établit entre nous, et durant les huit années qui suivent, je m’efforce de saisir toutes les occasions d’aller à sa rencontre, le lire et suivre ses invitations. La découverte des quatre ouvrages de Peter Seewald, rédigés en collaboration avec Joseph Ratzinger devenu Benoît XVI (Sel de la terre, Lumière du monde, Voici quel est notre Dieu, Dernières conversations), m’a aidé à prendre un peu plus la mesure de l’homme, de son parcours, de ses intuitions fondamentales. Cela explique en partie l’insouciance avec laquelle je me suis lancé dans la…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Père Clément Imbert +

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place