Cycle de formation politique avec les Maires pour le Bien Commun

Publié le 22 Fév 2024
maires pour le bien commun principes de politique

Boutancourt (Ardennes) © François GOGLINS, CC BY-SA 4.0

Le collectif des Maires pour le Bien Commun propose un cycle de formation politique ouvert à tous de mars à décembre 2024. Avec Aristote et st Thomas, il s’agit de s’instruire à partir des grands principes de politique.

 

Le collectif des Maires pour le Bien Commun a été créé en 2013 dans le but de rétablir le lien de confiance et de proximité entre les habitants et leurs élus locaux et de retrouver l’équilibre de la civilisation chrétienne. Il est préoccupé par la nécessité de réfléchir et de définir le projet politique commun que l’on veut pour notre pays. Ce projet, affirme-t-il, n’est pas à inventer, il existe et a fonctionné par le passé.  

 

Un cycle de formation sur l’année  

Pour cette raison, le collectif des Maires pour le bien commun organise à partir de mars prochain un cycle de formation aux grands principes de la politique. Il s’agira d’étudier le passé, de s’en instruire et s’en imprégner, pour l’appliquer à notre présent. Le collectif entend rappeler les grands principes de la politique réaliste d’Aristote et celle chrétienne de l’Église catholique, résumés par saint Thomas d’Aquin. Ce sont ces principes éprouvés qui ont établi « des sociétés politiques heureuses, durables et prospères », qui ont forgé les civilisations antiques et chrétiennes qui nous ont précédées.  

Le cycle consiste en une soirée parisienne de formation une fois par mois, afin de traiter différents thèmes, comme les relations Église-État ou Éducation-État, le mondialisme, le bien commun, la laïcité, le pouvoir du peuple, etc. Cette formation propose à ceux qui le souhaitent de s’inscrire pour deux soirées découverte ou l’intégralité du cycle 2024. 

 

Revaloriser la politique locale 

L’enjeu porté par le collectif des maires pour le bien commun est donc autant l’action que la formation. Il souhaite que les personnes qui suivront le cycle de formation soient ensuite capables d’exercer des responsabilités dans la vie politique locale, en particulier dans un conseil municipal. Qu’ils ne soient pas ignorants des problèmes actuels, des méthodes et des grands principes sur lesquels ils pourront se reposer. 

Le collectif fait en effet le constat d’une politique nationale portée sur le mondialisme qui va à l’encontre des intérêts des Français et de la recherche du bien commun. La recherche du bien commun politique est pourtant majeure et primordiale, car il conditionne tous les autres. La politique nationale actuelle conduit malheureusement à la méfiance de la société envers les hommes politiques et même les élus locaux. Ceci sont les dirigeants les plus légitimes, car les plus proches et les mieux élus.

Néanmoins, la politique menée par le gouvernement depuis 2013, mais même avant, a contribué à réduire leur influence, par l’excès d’administration, la centralisation et les transferts de compétences (loi NOTRe de 2015). Les maires pour le bien commun se regroupent pour se former, étudier et agir dans notre pays, afin de reconstruire une solidarité concrète et nécessaire à l’échelle des communes car « les communes refusent de mourir ».  

 


 

maires pour le bien communInfos :  

  • À Paris 
  • Un mercredi par mois de 20 h 00 à 22 h 30

Inscriptions :

 


Voir aussi :

Principes de politique, Jean-Marie Vernier, 2023, 344 p., 25 €.

 

>> à lire également : Mobilisation des agriculteurs, un tableau contrasté (2/3)

Mayalen de Vergnette

Mayalen de Vergnette

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement