Les grands-parents et l’ambiance familiale

Publié le 05 Nov 2023
Grands-parents ambiance familiale
Plus disponibles, mais sans la charge directe de leur éducation, les grands-parents ont cependant la possibilité de développer la conscience du bien et du mal chez leurs petits-enfants, par leurs exemples mais aussi leurs justes appréciations des comportements, dictées par l’expérience.

  Dans la famille, les grands-parents n’ont pas de responsabilité directe des petits-enfants, ils n’ont qu’un rôle subsidiaire. Si les parents (qui ont la charge et les conséquences directes de l’éducation des enfants dont ils sont responsables) leur confient pour un temps leurs enfants, petits ou grands, c’est donc toujours au nom du père et de la mère que les grands-parents exercent une certaine autorité sur le petit-enfant mis sous leur responsabilité et donc à leur charge.   

Le principe de subsidiarité

Les fonctionnements organiques des relations au sein de la famille sont le gage de bonne entente. C’est le principe de subsidiarité qui ordonne les rôles de chacun et le fonctionnement entre chacun : il évite les empiétements, les désaveux, les non-dits, tous les dysfonctionnements dans les relations qui peuvent aboutir à des fâcheries… L’ordonnancement des rôles respectifs est un gage de paix familiale (1), il permet à chacun d’être reconnu et apprécié pour les services rendus. Les grands-parents, guidés par leur souci du bien de chacun de leurs enfants et de leurs petits-enfants, dégagés des soucis et de la presse du terrible quotidien, peuvent avoir le recul, la réflexion nécessaire pour influer indirectement sur les événements familiaux dont ils sont témoins. Ces considérations sur l’incarnation des enseignements contenus dans notre héritage de la doctrine sociale de l’Église sont importantes. En effet, nous restons souvent dans un moralisme de conformité : « ça se fait, ça ne se fait pas », oubliant que c’est l’amour, la volonté du bien de l’autre, qui doit être notre fil conducteur. Les grands-parents, quand l’occasion leur en est donnée, sont là pour contribuer indirectement au développement de l’autonomie et à l’éveil de la conscience morale de leurs petits-enfants. Le père Gillet dans son ouvrage (2) nous explique comment peut se développer l’habitude de la fausse conscience.  En effet, il arrive qu’un enfant se comporte dans chaque milieu où il vit selon ce qu’il perçoit de ce que l’on attend de lui. C’est là une morale de situation qui le fait se tenir, par exemple, bien sage devant le père ou le grand-père, insolent face à la maîtresse ou à la…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Marc et Maryvonne Pierre

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson projet de loi fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle