IVG : combattre sur le bon terrain

Publié le 10 Fév 2023
IVG

Il ne suffit pas de mener un bon combat, encore faut-il combattre sur le bon terrain. Les soldats et les politiciens le savent bien, le choix du terrain confère un avantage stratégique, qui peut se révéler déterminant. Cela est vrai aussi du combat sur l’avortement. Plutôt que d’accepter le combat sur le terrain idéologique des droits de l’homme, nous devrions le ramener sur celui, humain, de la politique sociale.

Dans la modernité, les catholiques combattent « à l’extérieur », dans une société et avec des concepts qui leur sont devenus largement étrangers. Depuis le milieu du XXe siècle, le terrain des droits de l’homme, différemment, nous a paru être un entre-deux, un lieu de « dialogue avec la modernité » dans lequel les valeurs chrétiennes pourraient être représentées de novo dans le langage moderne de la moralité.

Mais les droits de l’homme, comme la bioéthique, se sont révélés être un miroir aux alouettes pour tous les chrétiens qui ont cru y être chez eux, seulement parce qu’ils y ont reconnu le langage de la morale et de l’éthique. Entraînés sur ce terrain, ils se sont empêtrés et ont été conduits irrésistiblement – par la logique même de ce terrain – aux conclusions qu’ils ne voulaient admettre. Et ils ont été vaincus, préférant admettre ces conclusions que quitter ce terrain de la modernité.

L’adversaire a l’avantage sur le terrain idéologique des droits de l’homme

Certes, il est possible de combattre, même en territoire adverse, et de démontrer, par exemple, que l’avortement ne saurait être un véritable droit de l’homme, ni une liberté fondamentale, car cela est contraire à la logique juridique et à la philosophie des droits de l’homme affirmés après la Seconde Guerre mondiale.

Mais que pèse une démonstration (rationnelle) face à une volonté (de puissance) qui rejette le principe de non-contradiction au motif que le passé n’est pas un argument contre le futur, que ce qui est ne peut conditionner ce qui devrait être ? Si les droits de l’homme devaient s’en tenir au principe de non-contradiction, ils manqueraient à leur promesse de progrès, car ils avancent par autodépassement dialectique.

En outre, parce qu’ils sont foncièrement volontaristes et individualistes, les droits de l’homme ne savent appréhender un être encore dépourvu de volonté et d’individualité, tel que l’enfant porté dans le sein de sa mère. Il n’a pas sa place dans les droits de l’homme qui l’ignorent en tant qu’être, et ne le considèrent qu’indirectement, à travers la volonté de sa mère.

Pour les êtres dotés de volonté, en revanche, les droits de l’homme sont le discours par excellence de l’affirmation de soi, de la proclamation de soi dans le désert de la société atomisée. Toute autre réalité y disparaît, ignorée. Seule compte l’auto-affirmation : je suis ce que je dis ; mon corps, mon choix : moi, je. Dans ce désert, résonnent, assourdissants, ces slogans de l’individualisme. Impossible d’y échapper. Ils font le vide dans nos esprits, jusqu’à nous priver de la capacité de voir le monde tel qu’il est vraiment, jusqu’à étouffer toute voix qui tenterait de le montrer.

Combattre sur le terrain humain de la politique sociale

Mais c’est depuis le monde, tel qu’il est vraiment, qu’il faudrait mener le combat, car le monde est réel, et permet donc un discours vrai. Il faut sortir du piège des promoteurs de l’IVG qui veulent nous captiver et nous enfermer sur le terrain de leur combat idéologique, un combat qui fait abstraction de la réalité humaine en affirmant un droit général et une liberté abstraite à l’IVG.

Or, la réalité humaine souffre de l’avortement. Contre les slogans, c’est cette souffrance qu’il faut exposer : celles des femmes, des couples, du personnel médical, ainsi que tous les méfaits de l’IVG sur la société.

Autant est-il devenu difficile, en droit, de convaincre que l’IVG n’est pas un droit, ni une liberté, autant cela est aisé lorsque l’on observe la réalité sociale. L’on constate alors que l’avortement est subi, bien plus que choisi, qu’il est marqué par le déterminisme qui veut que plus une femme est pauvre, jeune et seule, plus elle est exposée au risque d’avorter, et plus aussi elle y est moralement opposée.

Ainsi faut-il replacer la question de l’IVG sur le terrain qui devrait être le sien, et qui est aussi le nôtre ultimement : celui de la politique sociale, qui n’est autre que celui de la charité.

 

A lire également : Constitutionnalisation de l’avortement : remise en cause par un colloque politique et juridique

Grégor Puppinck, docteur en droit et directeur de l'ECLJ

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialBioéthiqueDoctrine socialeLettre ReconstruireMagistère

Face à l’avortement et à l’euthanasie

Lettre Reconstruire n°33 - Edito | Le thème de la constitutionnalisation de l’avortement en France et le projet de légalisation de l’euthanasie ont réactivé de manière frappante la question de la légitimité d’un État institutionnalisant ces formes de meurtres. Dans son encyclique Evangelium Vitae (25 mars 1995), le pape Jean-Paul II avait abordé ces deux thèmes en les liant justement à la moralité des lois édictées et à leur légitimité. Comme éditorial, nous proposons plusieurs extraits de cette encyclique, hélas toujours d’actualité. 

+

avortement
Tribune libreFiducia Supplicans

Liberté religieuse et licence morale

Tribune libre de Rémi Fontaine | Dans l’Église contemporaine on manifeste de plus en plus de répugnance à la désignation comme criminels de comportements gravement peccamineux, au nom de la dignité ontologique de la personne humaine. Une confusion qui découle du glissement de sens de la liberté religieuse.

+

wintzer liberté religieuse
EgliseTribune libreDoctrine sociale

La liberté religieuse, épine dans la chair

Tribune de l'Abbé Claude Barthe | Comment est-on passé dans l’Église du rejet de la liberté religieuse à son acceptation ? C’est le sujet de l’ouvrage de François Huguenin, La grande conversion. L’Église et la liberté de la Révolution à nos jours. Brillante explicitation sur cinq cents pages d’un changement de cap. L’adoption de la liberté religieuse s’intègre à un infléchissement de l’ecclésiologie consistant à voir hors de l’Église catholique des communautés surnaturelles secondes en quelque sorte.

+

liberté religieuse
SociétéBioéthique

L’impossible limite de la FIV : la transgression sans fin

Entretien Le Méné | Présentée comme un progrès il y a quarante ans, la fécondation in vitro (FIV) a en réalité rendu définitivement inopérantes toute critique et toute limite posées à « l’usinage de l’humain ». Jean-Marie Le Méné, président de la fondation Lejeune, explique la dérive prévisible et inexorable des techniques reproductives.

+

Jean Marie Le Mene FIV