IVG : combattre sur le bon terrain

Publié le 10 Fév 2023
IVG

Il ne suffit pas de mener un bon combat, encore faut-il combattre sur le bon terrain. Les soldats et les politiciens le savent bien, le choix du terrain confère un avantage stratégique, qui peut se révéler déterminant. Cela est vrai aussi du combat sur l’avortement. Plutôt que d’accepter le combat sur le terrain idéologique des droits de l’homme, nous devrions le ramener sur celui, humain, de la politique sociale.

Dans la modernité, les catholiques combattent « à l’extérieur », dans une société et avec des concepts qui leur sont devenus largement étrangers. Depuis le milieu du XXe siècle, le terrain des droits de l’homme, différemment, nous a paru être un entre-deux, un lieu de « dialogue avec la modernité » dans lequel les valeurs chrétiennes pourraient être représentées de novo dans le langage moderne de la moralité.

Mais les droits de l’homme, comme la bioéthique, se sont révélés être un miroir aux alouettes pour tous les chrétiens qui ont cru y être chez eux, seulement parce qu’ils y ont reconnu le langage de la morale et de l’éthique. Entraînés sur ce terrain, ils se sont empêtrés et ont été conduits irrésistiblement – par la logique même de ce terrain – aux conclusions qu’ils ne voulaient admettre. Et ils ont été vaincus, préférant admettre ces conclusions que quitter ce terrain de la modernité.

L’adversaire a l’avantage sur le terrain idéologique des droits de l’homme

Certes, il est possible de combattre, même en territoire adverse, et de démontrer, par exemple, que l’avortement ne saurait être un véritable droit de l’homme, ni une liberté fondamentale, car cela est contraire à la logique juridique et à la philosophie des droits de l’homme affirmés après la Seconde Guerre mondiale.

Mais que pèse une démonstration (rationnelle) face à une volonté (de puissance) qui rejette le principe de non-contradiction au motif que le passé n’est pas un argument contre le futur, que ce qui est ne peut conditionner ce qui devrait être ? Si les droits de l’homme devaient s’en tenir au principe de non-contradiction, ils manqueraient à leur promesse de progrès, car ils avancent par autodépassement dialectique.

En outre, parce qu’ils sont foncièrement volontaristes et individualistes, les droits de l’homme ne savent appréhender un être encore dépourvu de volonté et d’individualité, tel que l’enfant porté dans le sein de sa mère. Il n’a pas sa place dans les droits de l’homme qui l’ignorent en tant qu’être, et ne le considèrent qu’indirectement, à travers la volonté de sa mère.

Pour les êtres dotés de volonté, en revanche, les droits de l’homme sont le discours par excellence de l’affirmation de soi, de la proclamation de soi dans le désert de la société atomisée. Toute autre réalité y disparaît, ignorée. Seule compte l’auto-affirmation : je suis ce que je dis ; mon corps, mon choix : moi, je. Dans ce désert, résonnent, assourdissants, ces slogans de l’individualisme. Impossible d’y échapper. Ils font le vide dans nos esprits, jusqu’à nous priver de la capacité de voir le monde tel qu’il est vraiment, jusqu’à étouffer toute voix qui tenterait de le montrer.

Combattre sur le terrain humain de la politique sociale

Mais c’est depuis le monde, tel qu’il est vraiment, qu’il faudrait mener le combat, car le monde est réel, et permet donc un discours vrai. Il faut sortir du piège des promoteurs de l’IVG qui veulent nous captiver et nous enfermer sur le terrain de leur combat idéologique, un combat qui fait abstraction de la réalité humaine en affirmant un droit général et une liberté abstraite à l’IVG.

Or, la réalité humaine souffre de l’avortement. Contre les slogans, c’est cette souffrance qu’il faut exposer : celles des femmes, des couples, du personnel médical, ainsi que tous les méfaits de l’IVG sur la société.

Autant est-il devenu difficile, en droit, de convaincre que l’IVG n’est pas un droit, ni une liberté, autant cela est aisé lorsque l’on observe la réalité sociale. L’on constate alors que l’avortement est subi, bien plus que choisi, qu’il est marqué par le déterminisme qui veut que plus une femme est pauvre, jeune et seule, plus elle est exposée au risque d’avorter, et plus aussi elle y est moralement opposée.

Ainsi faut-il replacer la question de l’IVG sur le terrain qui devrait être le sien, et qui est aussi le nôtre ultimement : celui de la politique sociale, qui n’est autre que celui de la charité.

 

A lire également : Constitutionnalisation de l’avortement : remise en cause par un colloque politique et juridique

Grégor Puppinck, docteur en droit et directeur de l'ECLJ

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (3/3)

3 - La démarche synodale comme processus du changement. | C’est bien toute la démarche synodale sur la synodalité qui, par son processus lui-même, est une machine à mettre en œuvre une Église plastique, compatible avec la modernité, c’est-à-dire sans contenu. Et cette démarche synodale trouve sa source, puise son inspiration et sa légitimité dans le concile Vatican II. Quelle lecture faire du Maître de la terre ? Ratzigérienne, bergoglienne ? Au lecteur de se faire une opinion, mais il faut lire Benson. 

+

synode évangélisation église
EgliseTribune libre

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (2/3)

Une volonté farouche de changer de paradigme (2/3) | Tout d’abord, et en amont de l’élection, la volonté farouche de changement de ceux qui ont préparé le règne. En 2007 paraissait un livre très éclairant et remarquablement conçu dans la plus pure tradition de la manipulation de l’opinion. La thèse de ce livre-programme qui devait se révéler prophétique peut se résumer ainsi : l’Église, depuis Constantin et avec pertinacité, s’est éloignée du message évangélique. Ce phénomène s’accentue à partir de la Renaissance quand l’Église s’entête de plus en plus en s’opposant à la modernité. Constatant au XXe siècle que des génocides ont été perpétrés dans des pays chrétiens (Allemagne, Rwanda), il faut en tirer la conclusion que cette manière ancienne d’être chrétien était fausse et qu’il faut refuser les préoccupations dérisoires que sont la connaissance de la foi, le nombre d’entrées au séminaire ou de sacrements célébrés, car tout cela détourne de l’essentiel qui consiste à apporter davantage d’humanité.

+

pape François synode
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (1/3)

Nous nous interrogions en 2019 (1) sur le regard porté par Benoît XVI et François sur ce roman d’anticipation de tout premier rang qu’est Le Maître de la Terre de Benson. Plus personne (plus personne de sain d’esprit en tous cas) ne prétend à présent à la continuité entre les deux pontificats. Leurs ambitions, leurs idées, leurs spiritualités, leurs tempéraments que tout oppose trouveraient dans ce livre un point commun ? Non, décidément nous ne parvenons pas à comprendre. Si les deux pontifes ont recommandé ce livre puissant, les motifs en sont forcément différents. 

+

François maitre de la terre Benson