Jubilé 2025 (1/4) : Petite histoire des jubilés au cours des âges

Publié le 10 Jan 2024
jubilé

Boniface VIII proclame le jubilé de 1300. Fresque de Giotto dans la Basilique Saint-Jean-de-Latran (Rome).

Le Pape a annoncé la tenue d’un jubilé ordinaire en 2025 à Rome. Il succède au grand jubilé de l’an 2000 proclamé par Jean-Paul II et au jubilé extraordinaire de la Miséricorde (2016). Cette tradition dans l’Église remonte à 700 ans, et a lieu tous les vingt-cinq ans. Ce temps de repentance, de pardon et de grâce pour les fidèles rappelle l’année de libération des terres aliénées, des dettes et des esclaves observée dans l’Ancien Testament.

  Le jubilé trouve son origine dans les temps bibliques. C’est dans les révélations à Moïse, sur le Sinaï, que Dieu a prescrit un jubilé, tous les cinquante ans : « Vous déclarerez sainte cette cinquantième année et proclamerez l’affranchissement de tous les habitants du pays. Ce sera pour vous un jubilé » (Lv, 25, 10).   

La première année sainte

Le pape Boniface VIII, en 1300, a institué la première année sainte. Cette décision pontificale répondait à une attente du peuple chrétien « qui avait commencé à circuler en décembre 1299, selon laquelle, durant l’année du centenaire, les visiteurs de la basilique Saint-Pierre recevraient une “rémission très complète de leurs péchés” » (1). Les pèlerins commencèrent à affluer en nombre. Le 22 février 1300, le Pape instituait la première année sainte par la bulle Antiquorum habet fida relatio. Il accordait, pendant un an, « une indulgence plénière de tous les péchés à tous ceux qui, se repentant de leurs fautes, s’en confesseront et visiteront les basiliques romaines de Saint-Pierre et de Saint-Paul ». Le titre même de la bulle indique que le Pape faisait référence à une tradition immémoriale de remise des peines dues aux péchés qui était attachée à la visite ad limina Apostolorum. Cette première Année sainte se termina à la Noël 1300 et aurait attiré à Rome 200 000 fidèles. Parmi eux, Dante, qui a évoqué à plusieurs reprises ce premier Jubilé dans la Divine Comédie, le peintre Giotto qui a représenté sur une fresque de la basilique Saint-Jean-du-Latran Boniface VIII proclamant l’année sainte et Charles de Valois frère du roi de France Philippe le Bel. Boniface VIII avait fixé ce jubilé pour l’année 1300 « et pour toutes les années séculaires à venir ». Sous le pontificat de Clément VI (1342-1352), quatrième pape installé à Avignon, plusieurs demandes furent faites pour que le deuxième jubilé soit promulgué pour 1350 et non pas en 1400. Le poète Pétrarque, venu de Rome, fit notamment valoir…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

Le génocide vendéen : la preuve par les colonnes infernales

ENTRETIEN | Haut fonctionnaire aux Affaires étrangères, juriste spécialiste de droit pénal international, Jacques Villemain poursuit ses recherches avec, après Vendée 1793-1794 (2017) et Génocide en Vendée (2020), un nouvel ouvrage en deux volumes, Histoire politique des colonnes infernales. Avant et après le 9 Thermidor et Papiers et Rapports. Il y poursuit sa démonstration du caractère génocidaire de ce qui s’est passé dans ce département.

+

Vendée
A la uneSociétéBioéthique

« Les Survivants » : lutter sans renforcer le système ?

La récente action d’éclat du collectif anti-avortement « Les Survivants » a eu essentiellement comme effet la fermeture de son site Internet. Reposant sur un « coup de com », elle pourrait coûter cher à certains militants. L’occasion de se poser la question des moyens, des fins et des résultats de la lutte contre l'avortement de ces cinquante dernières années.

+

survivants
A la uneChroniquesSociété

Providence, conversion et nature politique

L'Essentiel de Joël Hautebert | Ainsi que le disait Jeanne d’Arc elle-même, « les hommes d’armes combattent et Dieu donne la victoire », nous exhortant par là à résister à la décadence contemporaine sans attendre de miracle ni espérer de renversement immédiatement visible. Car c’est ainsi que fonctionnent la nature et la grâce, dans les individus comme dans les civilisations.

+

providence nature politique