la Paix de Dieu : quand l’Église protège les fidèles 1/3

Publié le 13 Juin 2023
la Paix de Dieu : quand l’église protège les fidèles

Le millénaire du serment de Beauvais (1023) est l’occasion de reconsidérer le vaste mouvement de la Paix de Dieu que l’Église a initié et qui a pris différentes formes entre 989 et 1095.   Le vaste mouvement de la Paix de Dieu (Pax Dei) est apparu dans le sud de la France à la fin du Xe siècle. Il se répandra dans toute l’Europe occidentale et durera, sous des formes variables, au moins jusqu’au XIIIe siècle. La Paix de Dieu, comme la Trêve de Dieu, sont des initiatives prises par des hommes d’Église pour limiter les guerres et en réduire les dommages pour les populations. Le contexte historique est celui de la désagrégation des institutions carolingiennes et l’avènement de la dynastie capétienne (987). Entre la désintégration du pouvoir carolingien et l’avènement de l’ordre nouveau capétien, qui ne s’imposera que progressivement sur le territoire, les princes et les seigneurs locaux s’affrontent pour le contrôle d’une ville, d’une province ou d’une seigneurie ; s’ensuivent des pillages et des déprédations qui touchent à la fois la population civile et les biens de l’Église.  

Le concile de Charroux (989)

  Le mouvement de la Paix de Dieu trouve son origine en Aquitaine. À l’initiative de Gombaud, archevêque de Bordeaux, un concile se tient à Charroux (aujourd’hui dans le département de la Vienne) le 1er juin 989. Sous la présidence de l’archevêque de Bordeaux, il réunit les évêques de Poitiers, Limoges, Périgueux, Saintes et Angoulême. Trois canons sont promulgués qui frappent d’anathème les hommes d’armes qui se rendent coupables d’exactions[1]. Le premier canon vise ceux qui envahissent les églises ou les pillent. Le deuxième canon punit ceux qui s’attaquent aux paysans et s’emparent, sans qu’ils soient coupables, de « leur mouton, ou de leur bœuf, ou de leur âne, ou de leur vache, ou de leur chèvre, ou de leur bouc, ou de leur porc ». Le troisième canon jette l’anathème sur ceux qui frappent ou s’emparent « d’un prêtre, d’un diacre ou d’un autre clerc, qui ne portent pas les armes ». Ce concile vise donc à protéger les hommes d’Église, les biens d’Église et aussi les paysans et leurs biens. Il est à noter qu’il s’est tenu en présence des fidèles, à la fois témoins et bénéficiaires des décisions canoniques qui sont prises. Il ne concernait que six diocèses, soit une partie seulement du Sud-Ouest de la France. Ses décisions seront reprises et amplifiées par…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSpiritualité

Lourdes : se plonger dans l’eau vivifiante

Les piscines de Lourdes, dont l'accès avait été interdit au temps du COVID, vont enfin ré-ouvrir, après que les autorités du sanctuaire en ont profité pour en rénover l'accès et l'utilisation. Voilà qui offre l'occasion d'inviter les pèlerins à entrer dans une riche symbolique qui s'inscrit dans la révélation biblique et le quotidien de la vie chrétienne.

+

lourdes eau
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas
EgliseEglise de France

Notre-Dame de Boulogne, bientôt basilique ?

Une église qui va devenir une basilique ! Le 22 mars dernier, la conférence des évêques de France a changé l’histoire fabuleuse de Notre-Dame de Boulogne-Billancourt, en donnant son accord à Mgr Rougé pour engager les démarches auprès du Dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements afin de conférer le titre de basilique mineure à l’église Notre-Dame-de-Boulogne.

+

Boulogne