Christ-Roi 3/4 : la République sans Dieu

Publié le 01 Déc 2022
Infirmier Catholique IIIème République

Depuis la fin des années 1870, la IIIe République n’a eu de cesse de déchristianiser la France. L’école, les associations, les congrégations en font successivement les frais, la guerre de 14 n’ayant que temporairement fin à cette agressivité. La situation de l’Église en France a bien de quoi inquiéter Pie XI au moment où il est élu pape.   Au moment où le pape Pie XI récemment élu publie son encyclique Ubi arcano Dei consilio de décembre 1922, les catholiques français semblent mieux intégrés dans la République. Mais ils sont encore très marqués par presque un demi-siècle d’hostilité laïque, laïciste et anticléricale, ces trois adjectifs quasi équivalents exprimant l’anticatholicisme fondamental des débuts de la IIIe République. Gambetta, avec son célèbre « le cléricalisme, voilà l’ennemi » (4 mai 1877), désigne le catholicisme et les catholiques comme les ennemis à abattre pour qu’advienne la République. Il ne s’agit pas ici de disserter sur une définition philosophique, juridique ou religieuse de la laïcité ; mais de rappeler modestement que la laïcité historique des années 1880-1900 a été une laïcité de combat et d’un combat multiforme contre les catholiques français. Le mot laïcité lui-même est inventé et défini dans la deuxième moitié du XIXe siècle, notamment par Ferdinand Buisson, en lien avec la question scolaire. Car cette laïcité concerne d’abord l’école, enjeu fondamental pour les républicains et les catholiques. Les enfants sont massivement scolarisés en 1876, mais mal scolarisés pour les républicains qui veulent « arracher l’âme de la jeunesse française » aux catholiques et « séparer l’école de l’Église » pour laïciser en profondeur la société française. Tel est le sens des lois scolaires à partir de Jules Ferry : il s’agit de laïciser programmes, locaux et personnels. Certes Ferry maintient la liberté scolaire, par prudence et condescendance (pour lui le catholicisme face aux Lumières de la raison va progressivement s’éteindre). Mais le combat est inégal car seule l’école primaire publique est gratuite. Et elle y impose, selon Paul Bert, alter ego de Jules Ferry, au ministère de l’Instruction publique, « une pensée unique… une foi commune», bref une religion de substitution : « C’est cette religion de la Patrie, c’est ce culte et cet amour à la fois ardent et raisonné, dont nous voulons pénétrer le cœur et l’esprit de l’enfant, dont nous voulons l’imprégner jusqu’aux moelles » (6 août 1882). Car l’école ne peut pas être neutre. Mgr Freppel affirme en 1882 que…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Éric Picard

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 projet de loi fin de vie