La vie, une vraie priorité du Magistère de l’Église

Publié le 20 Sep 2013
La vie, une vraie priorité du Magistère de l’Église L'Homme Nouveau

Alors que l’entretien fleuve accordé par le Pape François aux Jésuites continue de susciter réactions et interrogations, le Saint-Père s’est adressé ce vendredi matin aux membres de la Fédération internationale des associations des Médecins catholiques, qui se sont rencontrés à Rome.

Il les a mis face à ce qu’il considère comme une « situation paradoxale » fondée d’une part sur les progrès de la médecine, grâce au travail des scientifiques et, d’autre part, sur « le danger » du médecin de perdre « sa propre identité de serviteur de la vie ». En effet, bien qu’étant par leur nature au service de la vie, les professions de santé se trouvent « parfois induites à ne pas respecter la vie elle-même ».

Face à aspect étant « contradictoire », l’Eglise fait donc appel « à la conscience de tous les professionnels et les volontaires ». Selon le Pape François : « Les choses ont un prix et son vendablesmais les personnes ont une dignité, elles valent plus que les choses et non pas de prix. Pour cela, l’attention à la vie humaine dans son ensemble est devenue ces derniers temps une vraie priorité du Magistère de l’Eglise ».

Pour le Pape François, « chaque enfant qui n’est pas né, mais qui est condamné injustement à être avorté, a le visage du Seigneur ».Même regard en ce qui concerne les personnes âgés : « chaque personne âgé, même si elle est infirme ou en fin de vie, porte en soi le visage du Christ. On ne peut pas les mettre de côté ! »

A la lumière de cette réflexion, le pape a donc invité les médecins catholiques « à être des témoins et des diffuseurs de cette culture de vie ». Il les invite aussi à contribuer à reconnaître dans le vie humaine la «dimension transcendante, l’empreinte de l’œuvre créatrice de Dieu, depuis le premier instant de sa conception ». Dans sa conclusion, le Saint-Père a insisté : « Il n’existe pas une vie plus sacrée qu’une autreComme il n’existe pas une vie qualitativement plus significative qu’une autre. La crédibilité d’un système sanitaire ne se mesure pas selon à son efficacité, mais surtout par l’attention et l’amour envers les personnes, dont la vie est toujours sacrée et inviolable. »

Une intervention qui complète, face à un public précis, le passage commenté de l’entretien accordé par le Pape à La Civiltà Cattolica : « Nous ne pouvons pas insister seulement sur les questions liées à l’avortement, au mariage homosexuel et à l’utilisation de méthodes contraceptives. Ce n’est pas possible. Je n’ai pas beaucoup parlé de ces choses, et on me l’a reproché. Mais lorsqu’on en parle, il faut le faire dans un contexte précis. La pensée de l’Église, nous la connaissons, et je suis fils de l’Église, mais il n’est pas nécessaire d’en parler en permanence. » À vrai dire, s’il est clair que le message de l’Église ne peut se réduire à un discours sur l’avortement ou la contraception, c’est la situation actuelle qui impose à l’Église d’en parler à temps et à contre-temps.

 
La redaction

La redaction

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSynode sur la synodalité

La synodalité dans la tourmente

Le cardinal Mario Grech, secrétaire général du Synode des évêques depuis 2019, se confiait le mois dernier sur le synode et les intentions du Pape pour ce dernier. Il s'est notamment exprimé sur les couples homosexuels et le diaconat féminin, rappelant l'attachement du pape François à la théologie du peuple.

+

synod
A la uneEgliseLiturgie

Pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle, en vue du redressement de l’Église

Jean-Pierre Maugendre, Directeur général de Renaissance catholique, propose une campagne internationale pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle. Malgré la déchristianisation croissante de la société et la crise de l'Église, il rappelle que celle-ci peut renaître par le biais de la liturgie traditionnelle, dont la sûreté doctrinale et la transcendance ont sanctifié ceux qui nous ont précédés pendant des siècles, et contribuent encore à de nombreuses conversions. À condition de lui redonner une liberté pleine et entière, et non pas seulement une tolérance restrictive. 

+

liturgie traditionnelle
ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation