Le centurion qui crut en Jésus (3/3) : À quoi servent les miracles ?

Publié le 22 Mar 2024
miracles

La foule priant face au miracle de la danse du soleil à Fatima le 13 octobre 1917.

Signe ou effet de la puissance divine, les miracles conduisent-ils certainement à la foi ? Quelle est leur raison d’être profonde ? Une réflexion déjà conduite au Moyen Âge par saint Thomas d’Aquin et prolongée au XXe siècle par le père de Broglie.

  «Vraiment, cet homme était le Fils de Dieu » : face au paradoxal miracle de la Croix, le centurion confesse la divinité du Christ. Dix-neuf siècles plus tard (1902), à Lourdes, le Dr Alexis Carrel assiste à une guérison fulgurante : le futur prix Nobel reconnaît l’inutilité de la médecine face à l’impossible mais ne croit pas pour autant. Sa conversion attendra trente-six ans. Onze ans auparavant (1891), Émile Zola avait fait le même pèlerinage et assisté à deux miracles, revenant pourtant plus incrédule que jamais. Le miracle provoque-t-il la foi ? À quoi sert-il en définitive ?  

Le miracle, signe ou effet ? 

Le père Guy de Broglie oppose deux aspects du miracle, qui peut être considéré selon lui en tant que fait extraordinaire – c’est l’aspect métaphysique ou le « miracle effet » –, ou en tant que signe du surnaturel (1). En disciple de saint Augustin, il voit d’abord dans le miracle un signe propre à attirer l’attention des hommes vers le message chrétien : en tranchant sur le cours des choses et suscitant l’étonnement, il agit plus comme une invitation à croire que comme une démonstration rigoureuse ou une garantie directe de la divinité de la doctrine. Pour le père de Broglie, le miracle serait donc avant tout noétique – un signe. Il semble aller jusqu’à reprocher implicitement à saint Thomas d’insister sur le fait miraculeux comme effet de la puissance divine et sur la notion de miracle métaphysique, trop hasardeuse, difficile à définir et à assurer.  

Chez saint Thomas d’Aquin 

Or il ne nous semble pas que saint Thomas ait ignoré cet aspect essentiel du miracle en tant que signe, qui nous aidera à circonscrire sa raison d’être. Notons toutefois que, fidèle à sa démarche réaliste, héritée d’Aristote, le Docteur angélique ne s’intéresse pas seulement à la connaissance humaine mais d’abord à la réalité qui en est l’objet. Dans le miracle, il considère le fait, non pas isolé mais en rapport à sa cause : «il y a miracle quand un effet est produit en dehors de l’ordre de la cause propre qui est apte par nature à le produire » (2). Mais…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Abbé Paul Roy (FSSP)

Ce contenu pourrait vous intéresser

EgliseSpiritualité

Lourdes : se plonger dans l’eau vivifiante

Les piscines de Lourdes, dont l'accès avait été interdit au temps du COVID, vont enfin ré-ouvrir, après que les autorités du sanctuaire en ont profité pour en rénover l'accès et l'utilisation. Voilà qui offre l'occasion d'inviter les pèlerins à entrer dans une riche symbolique qui s'inscrit dans la révélation biblique et le quotidien de la vie chrétienne.

+

lourdes eau
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas