Le Noël des prêtres : Christian Venard ou le Noël d’un aumônier militaire

Publié le 23 Déc 2017
Le Noël des prêtres : Christian Venard ou le Noël d'un aumônier militaire L'Homme Nouveau

Après l’abbé Grosjean (cf article d’hier) c’est au tour du père Christian Venard, aumonier militaire, de nous livrer son témoignage sur la façon dont il vit les célébrations des messes de Noël. Un moment pour se recentrer sur l’essentiel : « Dieu, en Jésus, s’est fait homme pour moi ! L’Invisible se rend visible, l’Infini se fait petit enfant. »

Quand avez-vous été ordonné et où exercez-vous votre ministère actuellement ?

J’ai été ordonné le 29 juin 1997 en la cathédrale de Metz pour le diocèse aux armées françaises dans lequel je sers depuis 1998, d’abord pendant plus de quinze ans chez les parachutistes, aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan et désormais au sein de la Gendarmerie nationale. J’ai participé durant toutes ces années à plus de quinze opérations extérieures, du Kosovo au Mali, en passant par l’Afghanistan, le Liban, etc.

Les fidèles qui songent à leur prêtre en période de Noël se demandent souvent comment il tient physiquement et sont aux aguets pour voir s’il fera ou non le même sermon aux trois messes… Du côté de prêtre, qu’en est-il ?

Je vous répondrai surtout de mon expérience avec les soldats, à Noël, en opération. De leur côté, ils attendent du « Padre » qu’il soit bien présent dans un moment aussi spécial, loin des familles. De mon côté, c’est d’abord de tout faire pour qu’un maximum de ceux qui le désirent puissent participer à la messe de Noël, à un moment ou un autre, et ce, malgré les contraintes opérationnelles. C’est certainement un moment exigeant pour l’aumônier en opération et rempli de fatigue.

On ne peut évidemment pas parler de « messe » préférée mais quelle est, de celle de Minuit, de l’Aurore ou de celle du Jour, celle qui vous touche le plus ? Pourquoi ?

C’est de loin celle de la nuit. La nuit est aussi, pour le militaire, le moment du danger, de l’incertitude. Alors célébrer Noël la nuit, c’est montrer comment Dieu, lumière de lumière, vient plonger dans nos ténèbres pour les illuminer de sa présence et nous redonner espoir. Comment Il vient, Petit Enfant se donner à nous et nous délivrer de nos peurs, nous redonner confiance pour la construction d’un monde meilleur, même au plus fort de la violence, en le suivant lui, le Prince de la Paix.

Un souvenir en particulier, une anecdote que vous voudriez raconter à propos de Noël ?

Un Noël de guerre bien sûr, au fin fond de la brousse ivoirienne, à la frontière entre deux villages séparés (d’un côté chez les « rebelles » de l’autre chez les forces loyalistes). Les deux chefs des villages sont venus demander aux militaires français la possibilité de se réunir pour fêter Noël tous ensemble. J’ai pu célébrer la messe avec les deux villages et tous les militaires français. Les Ivoiriens ont voulu que les parachutistes leur chantent des chants de Noël français traditionnels. C’était merveilleux, avec les bruits de la brousse de nuit en arrière-fond. Puis tous les Ivoiriens, à la lueur des torches, nous ont raccompagnés jusqu’à notre campement. Là, ils ont déposé en offrande des fruits, des légumes, des fleurs, etc. Eux sont repartis faire la fête toute la nuit, pendant que nous organisions entre paras une petite veillée fraternelle, ponctuée de petits cadeaux et de chants. Au petit matin, les villageois se sont séparés à nouveau de chaque côté de  la « frontière » due à la guerre civile.

Noël fait encore partie des fêtes religieuses qui font venir à l’église beaucoup de personnes éloignées de la foi. Comme prêtre, qu’est-ce que cela implique et signifie pour vous ?

Une attention très grande à essayer de prêcher le Dieu d’Amour qui se fait l’un des nôtres, en invitant les assistants à sortir des images trop matérialistes (cadeaux, grosse bouffe, etc.), ou trop conventionnelles ou émotionnelles (le « Petit Jésus », les chants de tradition, etc.). Retrouver, à travers les rites traditionnelles et populaires l’émerveillement de l’incroyable : Dieu, en Jésus, s’est fait homme pour moi ! L’Invisible se rend visible, l’Infini se fait Petit Enfant. Quelle merveille !

Dans notre dernier numéro retrouvez : Le « marathon des messes » de Noël : des prêtres racontent

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi