Le problème israélo-palestinien

Publié le 02 Fév 2024
problème israélo-palestinien

Caïn et Abel, Paolo de Matteis, 1690.

Le problème israélo-palestinien est une histoire de famille, celle de frères ennemis dont les premiers furent Caïn et Abel. En l’occurrence, ce sont les fils d’Abraham – l’un, Isaac, le fils légitime, né de l’épouse, Sarah ; l’autre, Ismaël, celui de la servante. Dans l’héritage, la question survient : qui est le continuateur d’Abraham ? Tous les habitants de la région du Proche-Orient peuvent se réclamer de sa paternité : le patriarche fut celui qui jadis reçut la promesse et l’alliance avec le Très-Haut. Tous attendaient le Messie qui réglerait le litige.  À l’époque de Jésus, la région est peuplée de païens et de croyants. En gros, les sectes juives – Esséniens, Saducéens et Pharisiens qui constituent l’élite – et les anawim, la masse des pauvres d’Israël, côte à côte avec les ismaélites, futurs adeptes de Mahomet et Bédouins du désert, sont des descendants d’Abraham. En face se trouvent les polythéistes de Sumer, d’Égypte, de Grèce, de Rome et de Perse. Tous ont été les témoins de la venue du Messie Jésus et l’ont entendu prêcher l’Évangile, lui qui prétend accomplir les prophéties des anciens ; tous ont pu constater les miracles, jusqu’à la Résurrection. Né juif, Jésus, mis à l’écart par les autorités religieuses, a des disciples qualifiés de chrétiens. La question utile surgit alors : qui reste juif et qui est chrétien ? Dans le chaos du temps, Jérôme écrit à Augustin qu’on ne peut pas être les deux à la fois, matériellement parlant.  Cependant, deux réponses parmi d’autres me semblent pertinentes. La première de l’apôtre Paul et la deuxième du philosophe Blaise Pascal. Ces deux penseurs s’efforcent de définir en quoi consistent un « vrai juif » et un « vrai chrétien ». Le premier voit en ces chrétiens d’origine juive le « Nouvel Israël », non l’Israël de leurs pères qui versent dans le judaïsme rabbinique, légaliste et anecdotique. Le deuxième, philosophe et savant, voit la continuité entre vrais juifs et chrétiens spirituels. Car, argue-t-il, il y a bien deux sortes d’hommes en chaque religion – les hommes charnels et les spirituels. Si Pascal remarque une continuité entre vrais juifs et chrétiens spirituels, il note aussi la ressemblance entre païens et Juifs charnels. L’apôtre Paul écrit qu’Abraham eut foi en Dieu et de ce fait il conclut que les vrais fils d’Abraham, ce sont les croyants. Dieu créateur nous a légué des territoires matériels…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Judith Cabaud

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesSpiritualité

L’acédie, ou le dégoût du surnaturel

Commentaire audience du Pape | Ce 14 février, jour du mercredi des Cendres, le pape François évoquait l'acédie, cet état de tiédeur et de dégoût qui mène à la mort spirituelle. Cette audience faisait suite à sa catéchèse des vices et vertus, entamée en décembre dernier.

+

acédie
ChroniquesÉducation

L’enseignement catholique et la République : une impasse ?

L'Essentiel de Thibaud Collin | Les affaires médiatiques récentes ont le mérite de montrer comment l’État accule l’enseignement catholique sous contrat dans l’impasse des « valeurs de la République ». Mais nos évêques semblent ne pas avoir compris les forces à l’œuvre... Un abandon de la théologie politique aux conséquences terribles.

+

enseignement catholique loi debré
ChroniquesEgliseCarême

À travers le désert Dieu nous guide vers la liberté

Commentaire du Pape | Le pape François a adressé un message de Carême à tous les chrétiens le 1er février 2024, intitulé « À travers le désert Dieu nous guide vers la liberté ». L’exode de l’esclavage vers la liberté n’est ni abstrait, ni utopique. Il est concret et, pour que nous ayons un carême fructueux, il faut qu’il soit vrai et non hypocrite, réel et non idéaliste.

+

désert carême liberté