Le synode allemand de la rupture

Publié le 10 Mar 2023
allemand

CC BY-SA 4.0, Christian Pulfrich

Alors que le « Chemin synodal » allemand allait s’achever, quatre de ses membres l’ont quitté, jugeant que « l’Église d’Allemagne s’éloigne de l’Église universelle ». Un désaveu qui fait écho à une lettre officielle de mise en garde des cardinaux Parolin, Ouellet et Ladaria, reprise par le nonce apostolique à Berlin, ainsi qu’aux inquiétudes exprimées par le cardinal allemand Paul Josef Cordes, ancien président du Conseil pontifical Cor Unum.   Le Synodale Weg (« Chemin synodal »), dans lequel l’Église d’Allemagne s’est engagée en décembre 2019, avait pour but initial d’apporter une réponse au problème dramatique des abus sexuels. Un rapport, demandé par les évêques d’Allemagne, avait révélé en septembre 2018 l’ampleur de ces abus sexuels commis par des clercs entre 1946 et 2014. Le Chemin synodal, codirigé par la Conférence des évêques allemands et le puissant Comité central des catholiques allemands (ZdK), a multiplié depuis 2019 les forums, les réunions locales, les rapports, les « textes de base » et les assemblées synodales (la 5e et dernière se tenant du 9 au 11 mars 2023). Au fil de ses travaux et de ses débats, il a formulé des propositions qui, sur de nombreux points, remettent en cause la doctrine et la discipline de l’Église. En particulier sur le mariage des prêtres, le ministère des femmes dans l’Église, l’homosexualité et le gouvernement des diocèses. Au sein de l’épiscopat allemand, quelques rares voix se sont élevées pour mettre en garde contre ces dérives, notamment celle du cardinal Woelki, archevêque de Cologne. Les interventions du Saint-Siège et du Pape lui-même n’ont pas manqué, comme on l’a vu dans de précédents articles. À quelques jours de la clôture de ce Chemin synodal, ce sont quatre déléguées qui l’ont quitté avec éclat, affirmant ne plus pouvoir « suivre cette voie par laquelle l’Église d’Allemagne s’éloigne de plus en plus de l’Église universelle ». Il s’agit de deux professeurs de théologie, Katharina Westerhorstmann et Marianne Schlosser, d’une philosophe, Hanna-Barbara Gerl-Falkovitz, et d’une journaliste, Dorothea Schmidt. Marianne Schlosser est une théologienne réputée, membre de la Commission théologique internationale depuis 2014 et lauréate en 2018 du prestigieux prix Ratzinger. Par une tribune publiée dans le quotidien Die Welt le 22 février dernier, les quatre déléguées ont déclaré renoncer à leur mandat parce que le Chemin synodal « jette le doute sur des doctrines et des croyances catholiques centrales » : « les résolutions de ces trois dernières années ont non seulement remis…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place