L’Église face au nazisme et au fascisme (II)

Publié le 15 Fév 2024
fascisme mussolini

Discours de Mussolini à Milan en mai 1930. © Bundesarchiv, Bild 102-09844 / CC-BY-SA 3.0

Lettre Reconstruire n°33 Parmi les tentations totalitaires, le fascisme vient historiquement avant le nazisme (cf. Reconstruire n° 32) et n’a pas exactement connu les mêmes dérives odieuses. Pour autant, il s’insère bien dans une conception non chrétienne de l’homme et de l’État, qui doit tout à la modernité. Cette synthèse du professeur argentin Carlos Sacheri (1933-1974) est extraite de son livre (non publié en français) El Orden natural (1975). Rappelons que l’auteur, docteur en philosophie, membre de la Cité catholique d’Argentine, a été assassiné sous les yeux de sa femme et de ses enfants par des membres de l’Armée argentine du peuple (ERP), branche armée du Parti révolutionnaire des travailleurs (PRT) d’obédience trotskyste.

 

L’essence du fascisme

Le fascisme italien constitue une position plus modérée que celle du nazisme et présente des différences importantes par rapport à ce dernier. Tout d’abord, Mussolini a sérieusement combattu le communisme et sa stratégie internationale. Deuxièmement, le fascisme ne s’est pas engagé dans le racisme et les attitudes racistes. Son nationalisme se limitait à la défense des intérêts de l’Italie et à la récupération des territoires qui lui avaient été enlevés à la suite de la Première Guerre mondiale. Sur le plan idéologique, son régime est fondé sur la base d’une idéologie qui se résout explicitement en une véritable « statolâtrie » païenne, en contradiction ouverte avec les droits naturels de la famille et les droits surnaturels de l’Église (Pie XI). Ce naturalisme d’inspiration socialiste a conduit à l’exaltation de l’État. « Pour le fasciste, tout est dans l’État, et rien d’humain ni de spirituel n’existe et a fortiori n’a de valeur, en dehors de l’État. En ce sens, le fascisme est totalitaire, et l’État fasciste, synthèse et unité de toute valeur, interprète, développe et domine toute la vie du peuple » (La Nación, 30-6-1932. Cf. aussi Benito Mussolini, La Doctrine du fascisme, trad. Charles Belin, Vallecchi, 1938). Dans cette perspective, le gouvernement a pris en charge l’ensemble de l’éducation, en éliminant toutes les organisations d’inspiration religieuse. Il a organisé « verticalement » les syndicats en entités corporatives, en contradiction flagrante avec…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

La Rédaction de Reconstruire

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement