L’Église face au nazisme et au fascisme (I)

Publié le 25 Jan 2024
nazisme fascisme

Berlin, 29 septembre 1937 © Bundesarchiv, Bild 183-C13771 / CC-BY-SA 3.0

Lettre Reconstruire n°32
Après avoir présenté la position de l’Église face au libéralisme, au socialisme et au capitalisme, Carlos Sacheri aborde la question du fascisme et du nazisme, présentés comme des réactions possibles aux dérives des autres idéologies. Ce chapitre, comme les précédents, est extrait de El Orden natural (1975, non traduit en français). Son auteur est tombé sous les balles des révolutionnaires marxistes.

  Parmi les réactions provoquées par la crise de l’idéologie libérale et ses répercussions malheureuses sur l’ordre socio-économique, deux courants idéologiques ont vu le jour dans la première moitié du XXe siècle : le nazisme ou national-socialisme et le fascisme. Tous deux sont issus d’une circonstance historique commune : la crise européenne qui a suivi la guerre de 1914-18 et la crise financière internationale de 1929. En Italie, Benito Mussolini s’est imposé comme le chef du fascisme ; en Allemagne, Adolf Hitler a été celui du nazisme. Compte tenu du caractère que prenait chacun de ces mouvements politiques, l’Église catholique les a condamnés dans deux encycliques du pape Pie XI : Non abbiamo bisogno (1921) contre le fascisme, et Mit brennender Sorge (1937) contre le national-socialisme.  

Caractéristiques communes

Avant d’examiner les nuances distinctives des deux courants, il convient de noter leurs caractéristiques communes. Tout d’abord, les deux idéologies sont des expressions de la pensée socialiste. Hitler et Mussolini étaient tous deux des militants du socialisme avant de former leurs partis respectifs. Leurs principales thèses reflètent clairement l’inspiration socialiste. C’est donc une grande contradiction que d’opposer – comme c’est souvent le cas – le communisme au nazisme et au fascisme, comme des idéologies contraires, car leurs racines philosophiques sont communes : une conception naturaliste et matérialiste de l’homme et de la société ; une hostilité ouverte à l’égard de la religion et de l’Église, une exaltation de l’État et une limitation drastique des libertés essentielles de l’homme. Le nazisme et le fascisme sont deux mouvements de réaction issus de la classe moyenne, principale victime de cette crise susmentionnée. Cette réaction antilibérale a recruté la petite bourgeoisie, une partie de la paysannerie, les artisans et une grande partie des professions libérales. Face à la passivité de l’État libéral qui favorisait l’anarchie, les deux courants ont mis en avant des « gouvernements d’ordre », autoritaires, verticaux, fortement étatistes. (…)  

L’essence du nazisme

Les principales thèses du nazisme…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

La Rédaction de Reconstruire

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureDoctrine socialeLettre Reconstruire

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote
A la uneEgliseSpiritualité

Réception des sacrements, une question de Salut (2/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 2/4 | Prêtre du diocèse de Nanterre, l'abbé Thibaud Guespereau a codirigé chez Artège l'ouvrage intitulé Les Sacrements en question, dans lequel il s’interroge sur le peu de fruits que semblent produire les sacrements. Une question grave qui selon lui devrait conduire à s’interroger sur la pastorale, l’enseignement des fins dernières et le rôle du prêtre.

+

sacrement
A la uneEglise

L’innovation au service de la foi : une cartographie des messes traditionnelles

Dans le sillage du pèlerinage de Chartres, et à la suite du succès retentissant de la messe organisée par Notre-Dame de Chrétienté, comment trouver la messe Saint-Pie V la plus proche de chez vous ? Cette question, un groupe de fidèles se l’est posée il y a désormais deux ans. Ils se sont alors attelés à une initiative audacieuse : la création d’une cartographie détaillée des messes de Saint Pie V.

+

messes traditionnelles cartographie traditionnelle
A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 pape