L’Institut Saint-Joseph : éduquer les enfants, épauler les parents

Publié le 24 Fév 2024
institut saint-joseph école
S’appuyant sur les principes de l’éducation intégrale, un nouveau collège a vu le jour en Provence en septembre. Ses fondateurs ont la volonté de développer la personne dans toutes ses dimensions, en particulier spirituelle, et de se faire les relais de l’éducation familiale. Entretien avec Louis et Sophie Olivier, fondateurs de l’Institut Saint-Joseph au Barroux.

 

L’actualité a remis en lumière la différence entre les écoles privées et les écoles publiques. Pourquoi, de votre côté, avoir choisi l’école hors contrat ?

Parents de six enfants et habitant dans la région niçoise, nous avons souffert du manque d’offre en matière d’enseignement catholique. Même les collèges privés ne correspondaient pas à nos attentes tant humaines que spirituelles. Nous souhaitions depuis longtemps fonder un collège. En 2021, alors que nous résidions en Martinique, nous avons rencontré François-Xavier Clément. Il venait présenter dans l’établissement où j’exerçais la Fondation Saint-Joseph Éducation et la Charte de l’Éducation intégrale. Nous lui avons fait part de notre projet : retourner en Provence, notre terre natale, et y ouvrir un collège. Il nous a donné l’idée du Barroux où le besoin était réel. L’endroit correspondait parfaitement à ce que nous envisagions. Après plusieurs étapes préparatoires, nous avons créé en septembre 2023 l’Institut Saint-Joseph, en nous appuyant sur sa charte. L’intérêt de ce choix est d’avoir notamment une liberté pédagogique. Le contenu et les choix des manuels officiels ne correspondent pas à notre vision éducative. Notre enseignement est classique, c’est-à-dire structuré et structurant. Le professeur, en tant que sachant, est au service de l’élève, et lui transmet le savoir. Il lui donne des clefs de lecture pour lui permettre d’appréhender au mieux les exercices, à partir du cours. Pour ces raisons, nous avons fait le choix du hors-contrat.  

Votre école repose sur la « Charte de l’Éducation intégrale » de Saint-Joseph Éducation. En quoi consiste cette pédagogie ?

L’éducation intégrale repose sur un principe : faire grandir l’enfant dans toutes ses dimensions : le corps, le cœur, l’intelligence et la spiritualité. Nous devons pouvoir l’accueillir tel qu’il est, avec ses émotions, son vécu, et l’aider à parvenir au meilleur de lui-même. Il s’agit d’unifier la personne, pour en faire un homme équilibré. Cette éducation passe aussi par un lien très fort entre les parents et les enseignants. L’école est vraiment une valeur ajoutée à l’éducation familiale. Nous ne sommes qu’un relais. Nous soutenons les parents dans leur projet éducatif, notamment en…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Aymeric Rabany

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage