L’islam peut-il réellement se réformer ?

Publié le 12 Juil 2023
islam

Islamologue de renommée internationale, Marie-Thérèse Urvoy a longtemps vécu en milieu arabe et a fait de l’étude de l’islam son métier. Elle porte un regard perçant tant sur le Coran lui-même que sur la religion islamique montrant que toute réforme est impossible tant que pour les musulmans le Coran reste la « dictée » de la parole de Dieu.   Vous avez enseigné pendant de longues années l’islamologie, l’histoire et la pensée arabe ainsi que l’arabe classique à l’Université. Qu’est-ce qui caractérise exactement l’islamologie ? Historiquement, la montée en puissance de l’Occident et son affrontement à des civilisations différentes a conduit à l’apparition d’une discipline intellectuelle : l’orientalisme. Au sein de celui-ci, on a distingué les domaines (notamment arabe, persan et turc) où l’obédience islamique est majoritaire. Dans ces domaines une branche a tendu à se distinguer à la fois des études linguistiques et littéraires et des recherches historiques. Pour marquer sa spécificité on a été naturellement poussé à privilégier l’aspect religieux. Par ailleurs, les contacts avec les populations, notamment par le biais de la colonisation, et les prolongements affectifs que cela appelait ont conduit à privilégier le substrat humain. Le fait d’être née à Damas et d’avoir obtenu le double baccalauréat français et syrien a-t-il été déterminant dans la naissance de votre vocation ? Naître dans une ville ne détermine pas une vie. Notre seconde fille est née aussi à Damas où mon époux était en poste, mais ne s’occupe pas des mêmes sujets que nous. Un des fils Urvoy est né à Bamako parce que mon beau-père Yves Urvoy y était en poste comme officier détaché, tout comme mon père au Liban. Le natif de Bamako n’a pas été un illustre africaniste comme son père. J’ai commencé par des études de lettres classiques et c’est après mon mariage que j’ai enchaîné avec les études à l’Institut des Lettres Orientales de l’Université jésuite à Beyrouth. En revanche, il est clair que d’avoir longtemps vécu en Syrie-Liban procure une expérience de terrain très utile dans mes recherches intellectuelles, à condition que l’on y consente un investissement soli­de en étude et formation. Mon époux a appris l’arabe à 25 ans pour faire ce qu’il a fait. Et moi-même avais appris le wolof pour communiquer dans le cadre de mon bénévolat pour alphabétiser les jeunes femmes sénégalaises. Est-ce que l’approche philologique peut avoir une place importante dans votre approche du Coran ? À quel…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Propos recueillis par Pierre Louis

Ce contenu pourrait vous intéresser

Culture

L’exposition : Chana Orloff. Sculpter l’époque

Le musée Zadkine (Paris 6) accueille une exposition consacrée à la sculptrice Chana Orloff jusqu'au 31 mars. Cet ancien atelier du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine a été légué par son épouse Valentine Prax, et est devenu un atelier-musée au cœur du quartier artiste de Montparnasse.

+

Chana orloff
CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi
Culture

Figurer Jeanne d’Arc à Orléans

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), nous donnons la parole à Bénédicte Baranger, présidente du comité Jeanne d'Arc d'Orléans, et ancienne Jeanne 1975. Elle nous raconte le rôle de la Jeanne et l'importance de cette figuration pour le public et la jeune fille désignée. La Jeanne 2024 sera présentée le 12 février prochain.

+

jeanne d'arc