Mariage blanc avec le gouvernement cubain

Publié le 17 Fév 2016
Mariage blanc avec le gouvernement cubain L'Homme Nouveau

En ce début du mois de février, avec Raul Castro, c’était la première visite en France d’un chef d’État cubain depuis 1959, date de la révolution castriste. À l’Élysée, on a mis les petits plats dans les grands.

Il fallait un peu de miel pour faire passer l’âpreté du breuvage d’un régime qui a bien mauvaise cote. Comme souvent, l’argent a apporté ses vertus adoucissantes. Le Club de Paris, groupe de créanciers publics (1) de ­l’État cubain, a annulé 7,7 milliards de la dette de ce pays.

Au profit de l’économie française ?

Pour les 470 millions de dollars restants, une partie sera remboursée, le reste, 230 millions, va alimenter un fonds qui « servira à accélérer les projets franco-cubains à Cuba en finançant une part des coûts locaux ». ­Cela aidera à concrétiser l’autre volet, les intérêts économiques français.

En effet, après l’échec retentissant du système communiste, La Havane dit vouloir entrer dans l’économie de marché. Très bien, même si les progrès se concrétisent à doses homéopathiques. Aujourd’hui, les micro-entreprises nées d’une timide libéralisation ne concernent que 10 % de la population active et l’État reste le principal employeur.

Les Français ne voulaient cependant pas manquer de saisir une part du gâteau. Au total, ce sont une douzaine d’accords qui ont été signés. En outre, des entreprises comme Pernod Ricard et Accor font déjà la cour à La Havane, lorgnant sur les possibilités touristiques de l’île quand, en Afrique du Nord, sous la menace terroriste, le marché se tarit. D’autres sociétés espèrent elles aussi se placer, comme Total, Alstom ou Alcatel-Lucent.

Bénéfices et dictature cubaine

Il y a cependant un hic. Quand nous annulons une dette publique, celle de Cuba en l’occurrence, c’est un manque à gagner pour l’État. En clair, le contribuable est lésé puisqu’il comble la perte avec ses impôts. En revanche, les entreprises qui décrocheront des marchés engrangent des bénéfices, apparaissant comme gagnantes. Cela revient donc à convertir de l’argent de l’État en profits privés. Certes pour le plus grand bien de tous quand les entreprises concernées payent leurs impôts en France… ce qui n’est pas toujours le cas.

Nous n’allons pas, par ailleurs, jouer aux parangons de vertu, sachant que nous commerçons avec nombre de pays aux performances peu flatteuses en matière de droits de l’homme. Il convient néanmoins de rappeler celles de Cuba, pour lesquelles la gauche française se montre singulièrement tolérante.

Depuis 1959, un million 200 000 Cubains, 10 % de la population actuelle, ont préféré s’enfuir sur des coques de noix au risque de leur vie plutôt que de subir la dictature castriste. Remontant à 1959, on estime à au moins 15 000 le nombre d’exécutions d’opposants, sans parler des preuves de tortures et de maltraitances des prisonniers. Amnesty International a en outre publié des preuves de recours abusifs à la psychiatrie contre les opposants politiques, à l’hôpital Gustavo Machin de Santiago de Cuba.

Suite au réchauffement des relations avec les États-Unis dès 2009, on aurait pu attendre un plus grand respect des principales libertés par le régime castriste. Il semble qu’il n’en soit rien. Certes, le 8 janvier 2015, Amnesty International se réjouissait de la libération de neuf opposants, mais ajoutait : « Nous avons reçu des informations très inquiétantes faisant état d’une augmentation des mesures de harcèlement et des détentions de courte durée visant des dissidents en 2014. »

Alors oui au pragmatisme politique, mais sans oublier que Cuba a plus besoin de nous économiquement que nous n’avons besoin d’elle. Rien ne nous oblige à fermer les yeux.

1. Ils sont 14 États dont les principaux sont la France, l’Espagne, le Japon et l’Italie.

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Emmanuel Macron en Afrique : une tournée présidentielle sous tension

Les 1er et 2 mars, à Libreville (Gabon), Emmanuel Macron participait à un sommet qui avait l’ambition d’offrir « des solutions concrètes » en matière de conservation des forêts et de dérèglement climatique. C’était le « One Forest Summit », un peu décalé par rapport aux réalités de la région, mais qui va remplir son office de « pompe à fric » sous forme de subventions diverses et de reversements de taxes carbone. 

+

1780 Chev Emmanuel Macron 2017 05 29 cropped emmanuel macron
International

Ballon espion : la Chine fait des bulles

rier, un ballon est signalé dans le ciel américain. Il est abattu par l’armée le 4 dans les eaux territoriales. Puis le 10 février, des avions de chasse F22 descendent un objet volant près des côtes de l’Alaska. Le 11, le Canada demande aux États-Unis d’intervenir pour faire feu sur un autre engin au-dessus du Yukon. Enfin, le 12, c’est à la verticale du Michigan (États-Unis) qu’un nouvel engin est abattu.

Le 8, Washington accusait la Chine de lancer « une flotte de ballons destinés à des opérations d’espionnage » à travers le monde. Étions-nous à la veille d’un nouveau conflit diplomatique ?

Très vite, Pékin s’avouait le propriétaire du premier ballon et déclarait que ce dernier transportait des équipements pour recueillir « principalement » des données météorologiques. On retiendra que « principalement » ne veut pas dire exclusivement. Même si les Chinois affirment que leur aérostat était sorti involontairement de sa trajectoire, les Américains s’inquiétaient d’autant plus qu’il était passé au-dessus du Montana où sont implantés leurs missiles nucléaires.

La suite nous en dira sans doute plus puisque l’aéronef a été récupéré pour analyse. Néanmoins, on sait déjà que sa charge était plus importante que celle d’un ballon météorologique normal. D’autre part, la nacelle était équipée d’un système de guidage qui rend peu crédible la thèse d’un écart involontaire de trajectoire.

La Chine n’en a pas moins répliqué avec fermeté : en exprimant « son fort mécontentement, elle proteste contre l’utilisation de la force par les États-Unis ».

Cependant, le mystère reste entier pour les trois autres engins volants non identifiés. Pékin n’en reconnaît pas la paternité et Joe Biden lui-même a déclaré : « Ces trois objets sont vraisemblablement liés à des entreprises privées, à des activités de loisirs ou à des institutions de recherche. » Peut-être, mais personne n’a élevé la voix pour se plaindre ou signaler la destruction de son ou de ses équipements. Ensuite, le président des États-Unis a donné un peu vite une explication logique et possible à ce mystère.

Mieux, il cherche à rassurer, disant qu’il n’y a pas une soudaine augmentation d’objets volants dans le ciel américain mais une meilleure capacité à les détecter avec les radars. Au point que l’on se demande s’il ne couvre pas autre chose. Dans son registre, le général Glen VanHerck, patron des forces aérospatiales américaines, en rajoutait. À une question sur un possible envoi d’OVNI par des extraterrestres, il répondait « n’avoir rien écarté à ce stade ». La Maison Blanche s’est vue obligée de démentir cette hypothèse.

La question se pose : l’armée américaine aurait-elle détruit le matériel d’expériences secrètes plutôt que de les révéler au public ? Ce ne serait pas la première fois, en raison du cloisonnement des informations sur de telles opérations. Un autre détail pourrait aller dans ce sens pour les trois autres aéronefs : alors que les restes du premier ont été retrouvés, l’armée américaine a déclaré ses recherches infructueuses pour les trois autres.

Reste à s’interroger sur la légitimité, en termes de droit, du survol d’un territoire par des ballons d’un pays tiers et, non moins important, de leur destruction par le pays survolé. Chaque État jouit de « la souveraineté complète et exclusive sur l’espace aérien au-dessus de son territoire », selon les règles de l’aviation civile. Les appareils civils sont libres de circuler, mais les appareils militaires peuvent être interceptés. Et s’il s’agit d’un appareil espion qui se donne une apparence civile ?

Néanmoins, et c’est un autre problème, selon Pékin, depuis l’année dernière, « des ballons américains ont survolé la Chine à au moins dix reprises ». Le hiatus est sans doute là : Washington n’accepte pas qu’on lui renvoie la politesse.

+

shutterstock 2261623275 emmanuel macron
International

Isabelle la Catholique sera-t-elle bientôt béatifiée ?

Poursuivie avec son époux Ferdinand par une tenace légende noire, la reine Isabelle la Catholique a malgré tout été déclarée « servante de Dieu » par Paul VI en 1974. Et le processus de béatification est en cours. Explications avec Don José Luis  Rubio Willen le président de la Commission pour la béatification de la souveraine.

+

1778 IsabellaofCastile03 emmanuel macron
International

Syrie, Turquie : où est l’humanité ?

Le 6 février, en pleine nuit, à 4 heures 17, un séisme éclatait en Turquie et en Syrie. D’une magnitude de 7,8, son épicentre se situait dans la région de la ville turque de Gaziantep, non loin de la frontière syrienne.

+

1778 Chev Gaziantep Castle emmanuel macron