Pour Mgr Ginoux : dimanche, tous à la messe !

Publié le 27 Nov 2020
Pour Mgr Ginoux : dimanche, tous à la messe ! L'Homme Nouveau

Tous à la messe ! Dans une lettre communiquée aux prêtres de son diocèse ainsi qu’aux paroissiens et que nous reproduisons ci-dessous, l’évêque de Montauban, Mgr Ginoux, revient sur la jauge de trente personnes maximum imposée par le gouvernement pour les célébrations de messes en public. Il demande non seulement la reprise des messes publiques sans application des mesures absurdes mais aussi le refus du paiement d’éventuelles d’amendes. 

                                                                                                           Le 27 Novembre 2020

            Fête de la Médaille Miraculeuse

A Messieurs les curés et aux Paroisses

                                 Chers frères prêtres, chers paroissiens,

       Dans les toutes récentes décisions du gouvernement nous sommes obligés de prendre note des restrictions qui concernent les messes publiques. Je déplore profondément que le gouvernement refuse d’entendre l’Eglise Catholique et les autres cultes et ignore ouvertement  ce que signifie pour nous l’Eucharistie. Limiter, sans tenir compte du lieu, à 30 fidèles la participation à la messe est une atteinte à la liberté de chacun. 

Le Concile Vatican II rappelle que « l’accès libre aux sacrements dérive directement du droit à la liberté religieuse » Déclaration sur la liberté religieuse n°13. Le texte ajoute « que l’Eglise jouisse de toute la liberté d’action dont elle a besoin pour veiller au salut des hommes ».

       De la loi de Séparation de l’Eglise et de l’Etat (1905) résulte que le gouvernement n’a pas à intervenir dans le culte ni dans ses modalités, étant sauf l’ordre public. 

La présence de fidèles dans une église n’est pas en soi un désordre public. 

       En conséquence, je demande que les messes reprennent dans le diocèse aux heures habituelles du dimanche, en appliquant le protocole sanitaire en vigueur (Circulaire diocésaine N°3) que nous avons toujours respecté. Les églises restent ouvertes, les fidèles qui le veulent y viennent, sans qu’aucune autorité puisse exiger une autorisation ni établir une interdiction. Il revient au curé, ou à son délégué, de veiller au respect des règles établies en fonction du protocole sanitaire.

       Si certaines personnes (célébrants, acteurs liturgiques, fidèles) faisaient l’objet à la sortie de la messe d’un procès-verbal de contravention, elles devraient refuser de payer l’amende sur le champ. Je demande que ces faits me soient transmis et je chargerais l’avocat du diocèse de donner suite. 

       Si certains d’entre vous souhaitent dire une messe supplémentaire le samedi soir ou le dimanche faites-le provisoirement en accord avec vos équipes pastorales. 

       Je vous charge de faire connaître largement ce message comme je le fais moi-même auprès des media.

       Je regrette profondément que, dans un pays libre, nous en soyons arrivés là. Une pandémie qui fait peur ne justifie pas la mainmise sur la messe. Je prie pour vous tous et je me confie à votre prière.  

       En ce début du temps de l’Avent je vous invite à regarder la Vierge Marie, notre Mère, celle qui nous donne le Sauveur, notre Espérance. 

                                                                                                           + Bernard Ginoux

                                                                                                           Evêque de Montauban

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place