Notre quinzaine : Il est temps de reconstruire !

Publié le 09 Mar 2021
Notre quinzaine : Il est temps de reconstruire ! L'Homme Nouveau

Traditionnellement, le mois de mars est dédié à saint Joseph que nous célébrerons le 19 mars prochain. Cette année, cette fête prend évidemment un relief singulier en raison de l’année qui lui est consacrée comme patron et protecteur de l’Église universelle. Alors que nous traversons une période difficile, avec une accélération dans la poursuite du mal, accompagnée souvent d’une perte des repères et du plus évident sens moral, devons-nous nous contenter de gémir et de nous plaindre ?

Nous ne le croyons pas ! Et, nous trouvons justement en saint Joseph le modèle de l’homme qui, dans le silence et la prière, accomplit ses devoirs d’état, aussi bien comme père de famille que comme travailleur et membre d’un pays dont il respecte les traditions, concourant ainsi au bien commun. À sa manière, sans bruit et sans éclat, saint Joseph a été une pierre importante pour bâtir l’Église et reconstruire une véritable civilisation, écrin de la foi, de l’espérance et de la charité.

À la lumière de la doctrine sociale de l’Église

Placées justement sous la protection de saint Joseph, les éditions de l’Homme Nouveau ont décidé de lancer au mois de mars une nouvelle publication entièrement consacrée à la doctrine sociale de l’Église. Cette lettre confidentielle affiche clairement son ambition dans son titre : Reconstruire. Pour les chrétiens, et singulièrement pour les laïcs, la reconstruction de la cité ne peut passer que par l’application des principes sociaux chrétiens qui trouvent leurs racines à la fois dans la Révélation et dans la loi naturelle, unissant ainsi les lumières du Salut à celles de la sagesse humaine.

Encore est-il nécessaire de les connaître, non seulement dans leur singularité, mais dans l’harmonie du tout et dans la perspective de leur finalité. À la place qu’elle ambitionne, Reconstruire sera donc une « Lettre mensuelle de formation et d’information sur la doctrine sociale de l’Église ». Chaque mois, en quatre pages, elle entend expliquer les principes sociaux chrétiens, donner la parole aux acteurs qui s’en inspirent et offrir des textes de réflexion. Elle s’adresse évidemment à tous, même si nous espérons que les plus jeunes, espérance de la société de demain, prendront leur avenir en main, en se formant et s’informant à ce sujet.

Nos débuts seront modestes, à l’image de saint Joseph, puisque nous ne pouvons compter que sur Dieu et nos propres forces. Derrière les éditions de l’Homme Nouveau, il n’y a en effet ni grand groupe industriel ou financier, ni grosse fortune ou grande famille encore aisée. Il y a tout simplement ses lecteurs dont la fidélité ne s’est jamais démentie et dont le soutien, très concret, a toujours répondu présent.

Dans le prochain numéro de votre magazine, vous trouvez exceptionnellement la première édition de Reconstruire*. Pour réussir le pari de son lancement, nous avons besoin d’un minimum de 500 abonnés dès le début. C’est à la fois peu et beaucoup ! Très vite, il faudra d’ailleurs doubler ce chiffre pour encourager un réel développement qui permettra de rendre des services efficaces à l’Église et à la société. En cette période de carême, l’effort n’est pas démesuré puisque l’abonnement normal a été fixé à 30 € (vous pouvez déjà vous abonner à partir de notre boutique ou en envoyant votre chèque sur papier libre, à l’ordre de L’Homme Nouveau). Nous comptons sur vous. Vraiment ! D’avance, un grand merci.

L’heure de penser

Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, nous sommes heureux de vous annoncer également, qu’après une longue collaboration avec les éditions Hora Decima, qui s’était notamment concrétisée par une collection du même nom au sein de nos éditions, nous avons racheté ce label reconnu notamment pour ses publications de personnalités du monde universitaire, religieux ou littéraire. Éditeur de Robert Spaemann, philosophe catholique allemand, ami de Benoît XVI, ou de Martin Mosebach, l’un des plus grands romanciers outre-Rhin, mais aussi des Espagnols Miguel Ayuso, ancien président de l’Union internationale des juristes catholiques et de Javier Barraycoa, sociologue réputé, sans oublier en France Alexandra Viatteau, et bien d’autres encore, Hora Decima a bâti au fil des années un catalogue singulier que nous entendons poursuivre et développer, notamment pour offrir des ouvrages dans le domaine de la réflexion.

Pour fêter l’arrivée de Hora Decima, qui devient donc une marque à part entière des éditions de L’Homme Nouveau, nous vous proposons exceptionnellement de découvrir ces livres en profitant de prix cassés (-50 %) sur l’ensemble de ce catalogue. Il ne sera pas dit en effet que nos lecteurs qui nous apportent leur soutien constant ne puissent pas bénéficier en premier de ce nouvel effort de L’Homme Nouveau dans le combat des idées.

* Pour le lancement de notre lettre mensuelle Reconstruire, nous vous offrons la possibilité de feuilleter gratuitement en ligne le premier numéro en cliquant ici.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun
Éditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour